Jour 36 — Jeudi 12 Juin

Murguía  →  Leintz-Gatzaga Etape 35
Distance 91 km
Dénivelé 1700 m
Départ 7 h 15
Arrivée 16 h 15
Altitude maximum: 756 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

La vidéo du parcours de l’étape

(possibilité de ralenti en survolant l’image avec la souris et en cliquant sur le signe- en bas de l’image. Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

 

Ce matin nous démarrons sous le brouillard et devons mettre nos éclairages. C’est la première fois que nous partons si tôt afin de rouler moins longtemps sous la chaleur. Nous subissons d’abord pendant une vingtaine de kilomètres descendant une forte circulation automobile sur la route qui longe l’autoroute à péage. Ensuite le brouillard se dissipe, la circulation se réduit et la chaleur s’installe dès 9 h du matin. Nous attaquons le premier col au départ facile mais qui va se corser avec des kilomètres à 10% de moyenne et des rampes à plus de 12%. Les cols basques côté espagnol ne semblent guère plus faciles que ceux côtés français (Nous n’avons tout de même pas rencontré de pourcentages supérieurs à 15% comme c’est courant en Pays Basque français).

Ensuite la partie la moins agréable de l’étape est l’ascension du puerto de Barázar sur une route nationale empruntée par une foule de camions. Heureusement que nous sommes en Espagne avec des chauffeurs attentifs et courtois. Je n’imagine pas de faire une telle route en France : avec le comportement de nos automobilistes ou camionneurs, c’est la mort assurée. Il fait déjà plus de 30° au thermomètre et après avoir franchi le col et fait quelques kilomètres de descente avant de prendre une petite route tranquille, je pense à ce que j’ai écrit hier au sujet du puerto de Orduña : aujourd’hui, il aurait été mieux de franchir ce puerto de Barázar dans l’autre sens, beaucoup plus facile.

L’avant dernière ascension du jour s’annonçait relativement facile avec seulement 140 m de dénivelée programmée entre le pied et le sommet du col. Mais ce fut autre chose : le point haut de la route était plus haut que le col et pour y arriver il y avait des rampes supérieures à 10% auxquelles succédaient quelques légères redescentes suivies aussitôt de remontées. Le mercure était à ce moment là à 35°C.

Pour corser encore plus l’étape, je n’ai pas trouvé de suite la “casa rural” que notre hôtelier d’hier nous avait réservé : je suis passé devant, il n’y avait pas son nom et elle paraissait fermée définitivement. Je suis donc descendu au village, situé à un km et 150 m d’altitude plus bas et quand j’ai pu demander dans le village on m’a dit que je n’avais plus qu’à remonter. J’ai dû mettre pied à terre fatigué et n’ayant plus la force d’appuyer sur les pédales sur du 15%.

Quant à Gérard, il est arrivé une heure plus tard car il était allé chercher trois autres cols hors parcours.

Petit clin d’œil au concepteur de la randonnée :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biki dit :

Je l’ai bien pris comme ça, ça aurait été vraiment gros !! 🙂
Un zotoc, des zotoc…ollants !

Régis dit :

Il n’y a pas de mal dans le clin d’oeil.
Je ne comprends pas ce qu’est un zotoc et ce d’autant plus que ton lien ne fonctionne pas.

Biki dit :

Ah mais je ne sais comment prendre ton clin d’oeil ??? 🙂 En fait les zotocs étaient eux mêmes des clins d’oeils pour les participants à la Divisoria (je ne crois pas qu’ils nous aient ramené un seul espagnol…); j’aime particulièrement les trouver sur les photos sur internet, p. ex. http://img20.imageshack.us/img20/2739/03labraguia.jpg
Bonne route, l’arrivée est proche !

Jour 35 — Mercredi 11 Juin Villasana de Mena  →  Murguía

Étape précédente

Jour 37 — Vendredi 13 Juin Leintz-Gatzaga  →  Lazkao

Étape suivante