Jour 15 — Vendredi 03 Juin

Trilport (77)  →  Crépy-en-Valois (60) Treizième étape
Distance 81 km
Dénivelé 920 m
Départ 7 h 55
Arrivée 15 h 05
Distance totale: 80.97 km
Altitude maximum: 199 m
Altitude minimum: 54 m
Denivelé total positif : 876 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Après une bonne nuit de récupération, nous partons à 3, à vélo, en direction de Jouarre. Jacques a invité, pour nous accompagner, Alban un compagnon de route de son club cyclo de Meaux. Il fait seulement 10° et le plafond est très bas.

La vidéo du parcours de l’étape

(Possibilité de faire varier la vitesse de défilement de la vidéo en cliquant sur 1x en bas à droite du lecteur (0.75 recommandé). Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

 
Nous attaquons très vite une première côte et les sensations sont bonnes. Par une succession de côtes et de descentes, sur des routes peu fréquentées à seulement 50 km de Paris, nous arrivons à Jouarre. Les champs sont gorgés d’eau. Des gravillons, de la boue entraînés par les pluies maculent nos routes. Nous devons slalomer parfois entre les flaques d’eau.

Ci-dessous quelques images de rivières en crues

Arrivés à Jouarre, l’office de tourisme est fermé. Nous nous rendons à l’ancienne abbaye en attendant l’ouverture de l’office de tourisme. L’abbaye est fermée mais nous prenons des photos de l’extérieur. Alors que nous essayons d’entrer dans l’église de Jouarre nous trouvons porte close. Au même moment, l’hôtesse de l’office de tourisme est en train de se garer et nous voyant désappointés nous propose d’aller chercher la clé de l’église. Nous visitons donc cette église qui recèle de magnifiques vitraux.

Nous quittons Jouarre sous la pluie qui nous accompagnera pendant plus d’une vingtaine de kilomètres. Nous retrouvons beaucoup de circulation à la Ferté-sous-Jouarre mais nous nous en échapperons très vite en prenant une petite route sur la rive droite de la Marne.

L'hôtel de Ville de la Ferté-sous-Jouarre
L’hôtel de Ville de la Ferté-sous-Jouarre

Capitale mondiale de la pierre meulière, La Ferté-sous-Jouarre, le pays des hommes aux mains bleues, était mondialement connue jusqu’au XIXe siècle grâce à la pierre extraite dans ses carrières, qui alimentait les moulins du monde entier. Les meules de la Ferté-sous-Jouarre étaient appréciées pour la qualité de leur silex. La supériorité incontestable de cette pierre était due au fait qu’étant spongieuse et très dure, elle conservait longtemps ses aspérités lui permettant de broyer le grain et d’éviter que la poudre de pierre ne s’introduise dans la farine. Le métier d’ouvriers meuliers était très rude, travaillant dans les carrières par tous les temps ou dans les ateliers en plein courant d’air. Ils avaient les mains et le visage bleus en raison d’incrustations de minuscules morceaux de silex sous la peau

Après la Ferté-sous-Jouarre, j’ai alors un fort doute : sommes-nous sur la bonne route ? Sur ma carte, nous sommes censés longer un beau cours d’eau bleu alors que nous côtoyons une grosse rivière marron !

Finalement, nous arrivons après une successions de bosses, certaines relativement longues, à la Ferté-Milon, ville natale de Racine, où nous nous restaurons.

Quelques kilomètres après la Ferté-Milon, Jacques et Alban me quittent et rentrent vers Meaux. Il ne me reste qu’une quinzaine de kilomètres et une côte de 2 km avant de rejoindre Crépy-en-Valois. J’essuie encore une nouvelle averse à 10 km de l’arrivée. Le vent contraire sur les quinze derniers kilomètres ralentit un peu ma progression mais j’arrive en pleine forme au terme de l’étape alors que c’est une étape comportant une dénivelée significative.

vi2016_j15_12
Ambiance de l’étape
Etape 13 Trilport (77)  →  Crépy-en-Valois (60)

436 Downloads
Détails

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Poingt Jean pierre dit :

Salut Régis
je viens de rencontrer Marie Françoise qui m’a dit que tu étais deja près de l’arrivée
Je tenais à t’encourager pour ces derniers kilomètres
Bon courage a bientot
Tu nous raconteras ton périple de vive voix
Toujours aussi doué en velo et informatique
Salut de maitre des cols!
Jp bises de Chantal

Gilbert DUFAUD dit :

bravo Regis et bon courage

Yonnet Robert dit :

Bonjour Régis,
Je prends connaissance de ton récit “en cours de route”, rentrant moi-même d’un séjour cyclo quasi-effectué…. par temps sec, hormis un énorme orage le dernier jour! (Alpes du sud).
Je te souhaite de belles découvertes et de belles rencontres.
Au plaisir de suivre ton périple.
Bon courage et bonne route,
Robert

Guy Harlé dit :

Bonjour Régis,

Que d’eau, espérons de meilleurs jours à venir
Pour info, les participantes de ”Toutes à vélo à Strasbourg”, soit env 30 par département pour la partie officielle, roulent également depuis dimanche dernier dans ces conditions!

Guy

Nicole de Chambéry dit :

Pour tes débuts en camping la météo a sorti le grand jeu ! D’après le calendrier on va vers l’été, ça devrait donc s’arranger.

PLANTARD Jean-François "Jeff" dit :

Salut Régis,
Je viens de lire et/ou de relire tes étapes jusqu’à hier. Quel cran tu as, bien au-delà de ta passion cyclo et de ton but suprême à atteindre, et ce compte tenu des conditions climatiques que tu ne pouvais soupçonner, bravo…!
Fort heureusement tu continues d’apprécier la bonne chair locale et les bons crus qui réchauffent le corps mais aussi l’esprit !
Tu penseras à moi en traversant ma région natale nivernaise dans quelques jours après avoir dégusté auparavant un vin de Sancerre et un crottin de Chavignol et visité le merveilleux village d’Apremont au bord de l’Allier.
Bonne route, amitiés. Jeff

Michel Rolland dit :

Bonjour Régis,
Nous nous plaignons du temps, alors que nous sommes dans notre maison, et toi tu es sur ton vélo et sous la tente.
Le temps devrait être plus clément dans les jours avenirs.
Nous avons bien pensé à toi au sommet du grand colombier.
Bon courage et bonne route.
Michel.

alban gorski dit :

je suis très heureux de t’avoir connu, ce fut un plaisir de rouler avec toi, malgré la météo peu favorable.

je ne peux qu’être admiratif devant ton effort en solitaire surtout devant le poids du vélo chargé.

je te souhaite une bonne continuation en espérant une météo plus clémente.

bon courage à toi

amitiés Alban

goguet maryse et bruno dit :

C’est un joli temps pour les escargots (de BOURGOGNE) et c’est bien ceque tu es en ce moment avec ta maison dans les sacoches. Bon courage, ta frangine.

Christine de Peyresourde dit :

Amphibie… tu connais ?

J’espère que tu as pris l’option sur le vélo et les sacoches.

Laurent dit :

Bon courage “classard” et fais quand même attention à toi !

JP Zuanon dit :

Demain, le pédalo ? Mais non, ça va bien finir par s’arranger, le printemps est bientôt là.
Bon courage quand même.
JP

Enrico Alberini dit :

Bravo Régis , bon courage !

Métral Maurice dit Momo dit :

Bonsoir Régis. Pour te “consoler” les belles plantes on les arrose. Tu n’as vraiment pas de chance avec le temps mais ton caractère et ta volonté prennent le dessus bravo. Merci pour les photos mais si tu as “la chance” d’un beau couché de soleil avant de ramper sous ta tente ne le loupe pas il prendra une belle place pour te réchauffer la nuit. Vive les cent cols qui te suivent en te lisant .

DEPAGNE GERARD dit :

Bonsoir REGIS

Tu as l’air en pleine forme l’étape d’aujourd’hui étais très vallonnée sans parler du froid
et de la pluie. Donc demain je viens à ta rencontre entre Ermenonville et Montagny Ste Félicité
sur la D 922 c’est à 30 km de chez moi.
Je ferai quelques kms avec vous.
A demain DEPAGNE GERARD

DIDIER REMOND dit :

Bonsoir

Finalement ce n’est pas ton étape la plus longue, mais le dénivelé est proche des 1000 m alors que tu es en proche banlieue parisienne (vivement la vallée de Chevreuse, terre de mon enfance). Dorénavant les aléas climatiques devraient se restreindre, même si demain nous ne te promettons pas encore le beau soleil mais tes confrères venus à ta rencontre te réchaufferont le coeur. Rendez vous pris à Ermenonville proche du tombeau de JJ Rousseau (parait-il). Tu as une excellente boulangerie pour pointer ton BPF de l’Oise à la sortie, juste avant une petite bosse pour sortir du village. On te guidera ensuite par les forêts, les étangs et les plaines vers les châteaux de la Reine Blanche, de Baillon et la magnifique abbaye de Royaumont (si le temps nous le permet).
A demain.

Jour 14 — Jeudi 02 Juin   →  

Étape précédente

Jour 16 — Samedi 04 Juin Crépy-en-Valois (60)  →  Pierrelaye (95)

Étape suivante