Jour 12 — Lundi 29 Mai

Pradelles-Cabardès (11)  →  Belflou (11) Dixième étape
Distance 83 km
Dénivelé 1100 m
Départ 8 h 15
Arrivée 16 h 30
Distance totale: 82.97 km
Altitude maximum: 855 m
Altitude minimum: 143 m
Denivelé total positif : 1095 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

 
Par chance, le vent d’autan est tombé après 3 jours. J’échappe donc à 3 ou 6 jours supplémentaires de ce vent qui paraît-il rend fou. Il fait beau ce matin mais je me dirige vers les nuages : le “marin” a pris la place du vent d’autan et apporte les nuages.

La vidéo du parcours de l’étape

(Possibilité de faire varier la vitesse de défilement de la vidéo en cliquant sur 1x en bas à droite du lecteur (0.75 recommandé). Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

Le départ aurait pu être facile mais je fais un petit détour pour aller cueillir le col de Montredon. Les 700 m de bonne piste sont rudes sans échauffement.

Au col de Montredon

Ensuite, une agréable descente, traversant de jolis villages me conduit à Lastours.

Pont à Roquefère

A Lastours, site BPF, une forte côte, puis un petit détour à un belvédère permet d’avoir une vue sur les quatre châteaux cathares.

Les châteaux de Lastours

Ensuite, c’est une partie difficile de l’étape avec de longues montées qui me sera proposée jusqu’à Saissac, deuxième site BPF de la journée.

Château de Saissac

Puis je rejoins Castelnaudary où je m’arrête boire un coup. Un couple de voyageurs à vélo arrive et entame la discussion. L’un est membre du Club des Cent Cols et nous restons une bonne demi-heure à échanger.

Encore 18 km à parcourir avec la montée du petit col de Samson qui ne présente pas de difficulté mais qui n’est pas facile en fin d’étape. Une petite route vallonnée surplombant le lac de barrage de la Ganguise me conduit au camping  “le cathare” où je reçois un excellent accueil. La patronne m’offre un jus d’orange en me disant que c’est sa tradition d’accueil des vélos. Avec le camping, il y a une auberge et une ferme. Ils font des repas de groupe. Ce soir, j’ai réservé leur dernière part de cassoulet, cuisiné traditionnellement à partir des produits de la ferme. Cela devrait me permettre de récupérer de cette étape éprouvante (la plus longue et celle présentant le plus de dénivelée depuis le départ du voyage).

Vue sur le lac de Ganguise

Le  cassoulet était excellent. Il aurait pu nourrir sans problème 2 convives. Demain, je pense que je ferai les 90 km de l’étape avec un VAM (Vélo à Assistance Méthanique).

Le vin méritait aussi le détour tout autant que l’auberge “le Cathare”  Château de la Barthe à Belfou.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Metral Maurice dit :

Ménage ta monture tu es aussi affuté que la bouteille devant toi .Qu’elle est belle NOTRE France merci de nous faire profiter de ton beau voyage .Encore bonne route .Momo .

tandem mabillot dit :

Je n’écris pas tous les jours, mais nous jetons un oeil et ainsi révisons et donc revisitons. Par exemple le BPF de Lastours (non loin des mines de Salsignes) suite à une visite aux locaux minervois, et puis le col de Samson fait en AR avec les Mandard lors d’une variante ajoutée pendant le tour FFCT de 2010.

Bonne suite

sieso dit :

le vent ne soufflant plus, tu vas pouvoir souffler!
Attention; les cathares n’ont jamais construit de châteaux, ils ont pu en utiliser, comme d’autres récupèreront leurs pierres, les feront démolir, remanier, pour d’autres causes. les cathares constituaient un groupe d’illuminés (secte?) tâchant de diffuser leur croyance, étant vus par la plupart comme des hérétiques, pas toujours purs malgré leur foi (voir Bélibaste, dernier cathare cramé à Villerouge Termenès (tu as dû passer pas loin, dans les Corbières magiques), dont la vie a été romancée par Henri Gougaud.
Clin d’œil à Martine de Mazamet: les fleurs rouges (pas les coquelicots) que tu montres joliment dans une de tes vues, ce sont les centhrantes, lilas d’Espagne, il y en a des roses, des blanches, des rouges, surtout le long des autoroutes en cette saison (dont tu t’éloignes un max certes), confondus parfois avec les valérianes.
Bon vent pour la suite, nuageuse ou pas (ce qui calmera les rougeurs jugales).
Victor

Francis TOUZEAU et Chantal BOUYER dit :

Régis, pour jeudi soir, combien dois-je monter de bouteilles de la cave ?
A très bientôt et amitiés
Francis et Chantal

jpcancé dit :

Bonjour Régis,
Sur la photo, tu sembles affuté et l’appétit est aiguisé. Bravo pour tes textes et tes belles photos. Avec toute mon Amitié.
jp

Serge POLLONI dit :

A Sérignac au menu : pigeonneau , Loupiac et, peut être cèpes cueillis du matin

Polo le cascadeur

MATHIEU dit :

Salut Régis
Quelle chance tu as de réaliser ce voyage et quelle est belle cette France avec ses paysages variés, son histoire, sa cuisine et ses habitants…
Quoi de mieux qu’un voyage à vélo pour parcourir notre France
Bien amicalement
Michel

Pitbull dit :

Je suis ton périple émerveillé par tes photos et ton commentaire.
Belle progression grâce à une nourriture locale de qualité.

Jour 11 — Dimanche 28 Mai Pradelles-Cabardès Pic de Nore  →  Pradelles-Cabardès (11)

Étape précédente

Jour 13 — Mardi 30 Mai Belflou (11)  →  Boussens (31)

Étape suivante