Jour 41 — Dimanche 24 Juin

Col du Rayol (43)  →  Sainte-Eulalie (07) Trente-huitième étape
Distance 43 km
Dénivelé 690 m
Départ 10 h 25
Arrivée 16 h 10
Altitude maximum: 1297 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

La vidéo du parcours de l’étape

(possibilité de ralenti en survolant l’image avec la souris et en cliquant sur le signe- en bas de l’image. Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

Après la belle journée d’hier et l’excellente soirée chez Francine et Claude que je remercie chaleureusement me voilà reparti. Claude m’emmène au col du Rayol où nous avons rendez-vous avec Michèle et André qui vont m’accompagner pendant deux jours en Ardèche et Haute-Loire. Il fait beau aujourd’hui.

départ avec Michèle et André

Après avoir bu un dernier café préparé par Francine dans le camping-car, nous partons direction l’Ardèche où nous entrons quelques kilomètres après le départ. Le vent du nord nous pousse dans ces premiers kilomètres faciles. Nous commençons à apercevoir des sucs et le Mont Mezenc.

peu avant Coucouron (Ardèche)

Comme  nous sommes partis tard, nous pique-niquons après seulement dix-sept kilomètres à Lachapelle-Graillouse, sur la place de l’église.

l’égise de Lachapelle-Graillouse et son clocher à peigne.

Nous repartons direction le lac d’Issarlès, site BPF. Nous descendons jusqu’au Pont de la Borie où je retrouve la Loire que j’avais quittée du côté de Langeais il y a un peu plus de deux semaines.

Jusque là nous avons fait beaucoup de descentes et peu de montées. A partir du pont jusqu’à la fin de l’étape ça va être l’inverse.

La montée au lac d’Issarlès est un peu rude sur la digestion et il commence à faire chaud. Au lac, Michèle ne résiste pas à son envie de baignade et elle va piquer une tête malgré la fraîcheur de l’eau.

le lac d’Issarlès

Nous repartons pour une longue montée d’abord en forêt que nous quittons peu avant Le Béage. Il y a beaucoup plus de circulation qu’auparavant. Il devait y voir une concentration ou une randonnée de motos anciennes car nous croisons de nombreux motards et le bruit devient pénible à la longue.

Autour de Le Béage

Arrivés au Béage il ne nous reste plus que huit kilomètres à faire pour rejoindre Ste-Eulalie, à quelques kilomètre du Mont Gerbier de Jonc et des sources de la Loire, où nous avons prévu de faire étape . Quelques montées entrecoupées de courtes descentes et nous voilà arrivés au camping.

Après nous être installés, nous montons au village pour voir le jardin botanique dans lequel on trouve bien sur un jardin mais aussi des cabanes pour exposer les différents habitats de la région : cabanes à toit de chaume ou à toit en lauzes.

Nous retournons au camping d’où j’aimerais rédiger mon article du jour mais il n’y a pas d’internet. La gardienne du camping me dit d’aller à l’office de tourisme où il y a un accès gratuit. C’est devant l’office (fermé) que je fais une première tentative mais la liaison est extrêmement lente et instable. Je dois renoncer à écrire ce soir.

Finalement c’est couché dans la tente que je peux rédiger mon article grâce au réseau de mon téléphone.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chapel dit :

Bonjour,

Tu as traversé une région que j’ai bien connue autrefois avec des noms qui chantent: Coucou ron Issarlès Sainte Eulalie.
Merci pour les photos.
Bon retour.
M T.

Sandrine dit :

Coucou regis
Encore une belle journee, tu commences a sentir l’ecurie. Tu devrais terminer ton periple sous le soleil et la chaleur.
Chez nous, la fin de l’annee se precise.Ines n’a plus ecole et Max est presque pret pour le brevet.
Il te racontera a ton retour
Bonne journee

Jean-Jacques Laffitte dit :

Bonsoir Régis,
Jolie balade effectivement que celle que tu viens de vivre ce dimanche !
A Saintes, c’est le vent de NE qui souffle à 30 km/h avec rafales à 45 km/h. Dur, dur ma sortie dominicale en solo…
Les fleurs sans nom sont des vesces à épis (Vicia cracca). Elles poussent en belles touffes.
A savoir : Si tu as une petite faim, tu peux consommer les fleurs crues ou en salade !
Bonne continuation avec du beau temps 😉

Pitbull dit :

Je vois que tu as déjà dressé la tente… bonne nuit…
@+

Jour 40 — Samedi 23 Juin Le Bouchet-Saint-Nicolas (43)  →  Col du Rayol (43)

Étape précédente

Jour 42 — Lundi 25 Juin Sainte-Eulalie (07)  →  Tence (43)

Étape suivante