Jour 7 — Mercredi 02 Juin

Arbot (52)  →  Bar-sur-Seine (10) Septième étape
Distance 85 km
Dénivelé 480 m
Départ 8 h 20
Arrivée 14 h 20
Total distance: 83.95 km
Max elevation: 309 m
Total climbing: 485 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Départ sous le beau temps et par une température de 20°.
Les trente premiers kilomètres sont un pur plaisir sur des routes sans circulation propices au vélo. C’est d’abord une quinzaine de kilomètres dans la vallée de l’Aube…

vallée de l’Aube

La route serpente à la limite des départements de la Haute-Marne et de la Côte-d’Or entre cultures de céréales, prés de fauches ou pâtures.

A Dancevoir, je quitte la vallée de l’Aube pour grimper sur un plateau par une courte et raide montée. Je vais évoluer sur ce plateau avant de retrouver l’Aube quinze kilomètres plus loin. C’est très facile de pédaler sur ce long faux plat descendant.

Les cultures sont variées et un champ rouge attire mon attention.

A la Folie, après avoir franchi un pont sur l’Aube que je viens de rejoindre, j’emprunte une départementale rectiligne qui va m’emmener jusqu’à Clairvaux après être rentré dans le département de l’Aube. Il y a peu de circulation sur cette route et le vent me pousse si bien, que j’arrive à Clairvaux beaucoup plus tôt que prévu. Je longe d’abord le mur de la fameuse prison avant de me rendre aux bâtiments de l’abbaye. La prison est l’un des édifices de l’abbaye. Pas de visite possible de l’abbaye cistercienne, hors visites guidées sur rendez-vous (mesures Covid), je me contenterai de faire le tour extérieur après avoir validé mon tampon BPF à l’accueil.

Je repars. Une longue montée en forêt me conduit jusqu’à Champignol-lez-Mondeville où je retrouve des vignobles de Champagne.

vignobles de Champagne et autres cultures

Je poursuis ainsi ma route sur des itinéraires balisés « route des vins de Champagne » jusqu’à Bar-sur Seine. Dans cette partie de la Champagne, les vignes ne sont pas majoritaires. La terre n’est pas crayeuse comme dans la Marne. Les bulles n’ont sans doute pas le même goût.

Cette fin d’étape est un peu moins agréable. Il y a un peu plus de circulation et le vent a tourné. Il est défavorable et apporte de gros nuages noirs. Des orages sont annoncés dans l’après-midi.
J’arrive assez tôt pour les éviter mais finalement, il n’auront pas éclaté jusqu’à mon coucher. J’ai pu ainsi faire une petite visite du village dans l’après-midi.

à Bar-sur-Seine

Demain, je ne ferai vraisemblablement pas de compte-rendu d’étape. Je suis invité près de Troyes par Philippe et je donnerai la priorité à mes hôtes.
Je ne connais Philippe que virtuellement : il a pris contact avec moi cet hiver par l’intermédiaire de mon site internet. Il a le projet de faire le tour de France et en faisant des recherches sur ce thème est tombé sur mon site. Nous avons échangé et sympathisé et demain il vient à ma rencontre pour me conduire chez lui.

La vidéo du parcours de l’étape

(Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite du lecteur vidéo. Elles apparaissent en survolant la vidéo à la souris)


Vidéo générée par l’application Relive

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

JP Zuanon dit :

Merci de nous faire rêver avec ces beaux paysages (c’est banal à écrire, la France est belle partout, même en dehors des hauts lieux touristiques). J’apprécie d’autant plus ce voyage dans un fauteuil que je suis en train de parcourir la dernière ligne droite avant une prothèse du genou (le 16 juin). Donc moral dans les chaussettes (et bientôt dans les bas de contention). J’espère faire acte de présence (sur deux roues… ou avec deux béquilles ?) au rassemblement régional du Noyer fin août. Une bonne occasion pour toi de venir enfin découvrir ce col mythique si tu es dans le secteur…
Bien amicalement
JPaul

Régis Paraz dit :

Bon courage pour ton opération. Je ferai tout mon possible pour aller à ce très beau col du Noyer que je n’ai gravi qu’une seule fois.

ROCHE Claude dit :

Le périple continu, dans des régions calmes et bucoliques. Les photos sont toujours aussi belles . Encore merci pour ces moments de partage.
Claude

victor dit :

moi j’aurais dit du sainfoin, qui est une fabacée (ex famille des papilionacées), également plante fourragère, spontanée en cette saison un peu partout, pas aussi rutilante que le trèfle en question (qui est aussi de la même famille), le problème est: trouve-t-on aussi du quatre feuilles, ça porte bonheur parait-il!
bon final, entre les gouttes, mais pas entre les bulles, si c’est possible

Thierry Paraz dit :

Apparemment du trèfle pourpre, ou incarnat….

SCHOEBEL dit :

Trèfle rouge, on en apprend des choses grâce au cyclotourisme

Breton dit :

Palper là ce mollet,
Qui fait que tu roules
Le lundi,
Le mardi,
Le mercredi,
Le jeudi,
Le vendredi,
De l’Aube à l’Aube
Une partie de la matinée
….
Ta petite entreprise
Connait pas la crise
….
Suggère la reprise
….
Désolé, trop tentant!
Bonne route en espérant que tu sauras, comme souvent, passer à travers les gouttes du mauvais temps annoncé.
Jean-Yves

MMM's dit :

Couc’
La culture est du trèfle rouge, comme avant, dans le bon vieux temps ! Photo picturale !

Alain DARGET dit :

Bonjour Régis, bonjour Jean-Jacques,
Je confirme pour le trèfle « rouge » que nous appelions « farouche » dans notre campagne Bigourdanne, qui servait, à l’époque à nourrir les bêtes à cornes et qui ce fait actuellement comme engrais vert, qui contient une bonne quantité de matière azotée.
Bonne route. Il pleut sur les Pyrénées.

Deblock Philippe dit :

Lors d’une de nos sorties, nous avons aussi été intrigués par un champ, avec les mêmes fleurs rouge-grenat. Nous avons interrogé un agriculteur qui nous a précisé que c’était du trèfle incarnat. Il sert à produire des graines pour planter des prairies.

claudio dit :

Beau coin belle balade en effet
endorphinatoire ; claudio passa dans ses lieux (un peu trop vite) lors de la descente de la seine
http://cbandiera.free.fr/parcours/seine/

Didier REMOND dit :

Bonjour Régis, finalement tu as évité le pire côté météo quand je vois les images de certains coins de France où je roulais encore ce weekend.
Le vieux Troyes est très intéressant à visiter, mais c’est aussi très beau à voir depuis Montgueux (bpf). Le voyage est prêt de se terminer.

Régis Paraz dit :

Je suis déjà passé à Troyes et à Montgueux lors du voyage très arrosé de 2016. J’étais resté une journée à Troyes pour visiter cette très belle ville.

Jean-Jacques Laffitte dit :

Bonsoir Régis,
Au sujet de ton champ de fleurs rouges, je dirais, vu de loin, qu’il s’agit de trèfles incarnats (Trifolium incarnatum). C’est une légumineuse utilisée en engrais vert et fourrage.
Mon chat est assis à côté de moi et sera ravi de déguster ta langue ! ;-).
Mais « trèfle » de plaisanterie, je suis avec intérêt tes pérégrinations, d’autant que c’est dans ces départements que j’avais bouclé mon brevet BPF…en 2009 (n° 410). Je l’avais terminé à Sézanne et je m’étais alors offert une coupe de champagne à la terrasse du café du centre ville. C’était effectivement l’endroit idéal pour fêter cette longue, longue quête (32 ans en fait) !
Au sujet de Sézanne, je viens de lire que ce mercredi, vers 17 heures, , ce n’est pas du champagne qui coulait à flot mais des trombes d’eau qui ont momentanément inondé la petite cité.
Tu l’as échappé bel !
Bonne nuit et bonne route pour la suite …
Amitiés
Jean-Jacques

Jour 6 — Mardi 01 Juin Chaumont (52)  →  Arbot (52)

Étape précédente

Jour 8 — Jeudi 03 Juin Bar-sur-Seine (10)  →  Sainte-Savine (10)

Étape suivante