Tour d’Irlande : épilogue — Samedi 15 Juin

Coleraine  →  Dublin → Rosslare

Samedi 15 juin

J’ai parcouru les 7 km à vélo jusqu’à la gare de Coleraine et j’ai pris le premier train pour Belfast, arrivant juste deux minutes avant son départ. N’ayant trouvé personne au guichet, j’ai acheté mon billet directement dans le train. Un employé sur le quai m’a indiqué l’emplacement du wagon réservé aux vélos, m’a accompagné avec la contrôleuse et m’a aidé à monter le vélo à bord sans enlever les sacoches. J’ai ensuite acheté mon billet pour Rosslare auprès de la contrôleuse.

À la gare de Belfast, j’ai trouvé un ascenseur suffisamment profond pour mon vélo. Après une attente de plus de deux heures, j’ai pris le train pour Dublin. Grâce à l’amabilité du personnel, je suis monté sans problème. En Irlande, le wagon vélo est toujours en tête de train et les quais d’embarquement sont connus à l’avance. Par exemple, demain, je sais que je dois aller au quai 5 pour le train vers Rosslare. C’est bien plus pratique qu’en France où il faut chercher le wagon vélo et attendre l’affichage du quai.

L’arrivée à Dublin a été plus compliquée : l’ascenseur n’était pas assez profond pour mon vélo. J’ai dû décrocher les sacoches et descendre de nombreuses marches. Deux personnes se sont spontanément proposées pour m’aider. L’une a descendu les sacoches tandis que l’autre m’a aidé à porter le vélo.

Je suis ensuite arrivé au B&B réservé, situé à environ 300 m de la gare.

Dimanche 16 juin

Ce matin, l’hôtesse du B&B m’a conduit à une route menant directement aux quais d’embarquement sans avoir d’escaliers à gravir.

Arrivé tôt, j’ai attendu 1h30 l’arrivée du train. L’embarquement a été un peu compliqué car il y avait un seuil et aucun personnel pour m’aider. J’ai donc dû enlever les sacoches. Un passager m’a aidé à les monter dans le train pendant que je hissais le vélo. Un couple de cyclotouristes antipathiques avec sacoches n’a pas cherché à m’aider alors qu’ils avaient déjà rentré leurs vélos dans le train.

À peine installé, la contrôleuse m’a demandé si j’avais réservé une place pour mon vélo, expliquant que le nombre était limité à deux vélos. J’ai expliqué avoir acheté mon billet à Belfast et qu’on m’avait dit que ce n’était pas nécessaire. Visiblement, les règlements diffèrent entre l’Irlande du Nord et l’Eire.

J’ai refusé de descendre, affirmant que j’avais un bateau à prendre. La contrôleuse a finalement capitulé, exigeant que je voyage à côté du vélo. J’ai donc passé trois heures de trajet, d’abord debout, puis assis sur une sacoche.

Ce soir, je loge à moins de 5 minutes à vélo du port de Rosslare où mon bateau part demain à 22 h.

Le Stena vision : départ 22:00 (heure locale) arrivée Cherbourg 16:00

Impressions d’Irlande

J’ai aimé

  • La serviabilité des Irlandais
  • Le personnel des chemins de fer en Irlande du Nord
  • La conduite respectueuse des automobilistes, chauffeurs livreurs, paysans en tracteurs sur les petites routes en campagne : aucun ne m’a doublé sans avoir de la visibilité. Ils se garaient systématiquement pour me laisser passer quitte à attendre mon passage quelques minutes dans les montées. Toujours un salut amical lorsqu’ils me croisaient (lèvent l’index pour saluer).
  • La conduite des motards allemands : cool, avec des motos silencieuses. Jamais de groupes supérieurs à 4
  • Les saluts amicaux des nombreux piétons de tous âges qui circulaient au bord des routes.
  • Les paysages : Beara, Dingle, Connemara, Molls gap et Connor pass, certains endroits du Donegal
  • Les haies fleuries (fuchsias notamment)
  • La floraison : les nombreux rhododendrons , les genêts, les iris des marais…
  • Campings : cuisines équipées
  • Les pubs : lieux de lien social où les Irlandais se retrouvent pour passer un bon moment ensemble.
  • Les bières : Guiness, Smithwiks et Rockshore (blonde)
  • La propreté des routes et des rues : pas de canettes, pas de débris de verre, pas de crottes de chiens, pas de décharges sauvages…
  • La musique traditionnelle
  • Le Stade Toulousain

J’ai moins aimé

  • La contrôleuse du train Dublin Rosslare
  • La conduite des Irlandais sur les grandes routes : vitesse élevée, moins prudents pour me doubler quand des voitures arrivaient en face.
    Pendant ce voyage, deux seules voitures m’ont doublé sur une petite route sans visibilité : la première une voiture immatriculée en France et la deuxième une immatriculée aux Pays-Bas.
  • Les voitures garées sur les pistes cyclables
  • La conduite des motards et automobilistes britanniques : je dis britanniques car les plaques d’immatriculations ont visiblement les mêmes formats en Angleterre et en Irlande du Nord. Je ne sais pas les différentier.
    Ces motards avaient des motos bruyantes, conduisaient très vite même sur les petites routes et parfois passaient trop près pour me doubler. Ils roulaient souvent en meute.
  • Les longues jonctions sans intérêt entre des lieux remarquables
  • L’artificialisation du site des Cliffs of Moher
  • Les nombreuses haies qui masquaient le paysage.
  • EV1 : trop de tronçons privilégiant des routes qui éloignaient de centres d’intérêt.
  • Le coût de la vie : hébergement, alimentation
  • campings chers + douches payantes

Et je dois en oublier…

Petit bilan :

2 719 km et 26 614 m de dénivelée en 40 étapes (prologue compris).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams, les commentaires sont publiés après modération.

Delarue dit :

Merci beaucoup pour ce récit de voyage qui nous a aidé dans notre préparatif pour l’Irlande à vélo
Nous arrivons au terme de notre voyage encore merci pour la réponse rapide pour le B&B à Bangor finalement nous avons quitté l’euro vélo 1 pour Lahardaun plus vers le centre
Bonne poursuite

MARTY dit :

Merci Régis, pour ces 40 récits de voyage !
Petite semaine de randovélo, avec mon grand frère sur les lieux de vie de ma famille. A la rencontre des disparus et des jeunes pousses .Départ vendredi. Le grand voyage sera pour octobre, novembre, loin, très loin, …A suivre ;;;
un whatsapp donnera des échos!
Amitiés DIDIER

Pascal Renard dit :

Régis, merci pour ces récits qui nous permettent de voyager en nous imaginant au guidon de ton engin. J’avais froid les jours de pluie, chaud dans les positifs, mais toujours les yeux à contempler les paysages!!! Merci

Frederic Brault dit :

Merci de nous avoir fait voyager dans tes sacoches.
A l’année prochaine pour de nouvelles aventures.

dusseau dit :

merci Régis. A mon tour, je pars en vélo sacoche, mais plus modestement..en Auvergne !

Yvette Gerolami dit :

Félicitations Regis ! merci d’avoir partagé ton voyage. Tes impressions finales sont très intéressantes.
Alors à un prochain voyage.
amitiés
Yvette

Loisy dit :

Bravo Regis
Beau voyage félicitations
Moi j’arrive a Galway
Pour être à Rosslare le 02/07 et pour l’instant tout nickel

THIERRY Véronique dit :

bravo Régis ! belle prouesse ! aurais tu oublié de dire si tu as aimé la pluie ou pas ? !!!!

Régis Paraz dit :

Si je n’ai pas froid la pluie ne me gêne pas sauf si elle me gâche le paysage. Je la préfère quelquefois au vent.

Roger COLOMBO dit :

Un grand BRAVO Régis !

Je suppose que ce beau bateau te permettra de lui donner une meilleure note que celle attribuée au dernier train ….
Le soleil est revenu en Savoie pour t’accueillir, te permettre de tout faire sécher et de te reposer.

A très bientôt pour des commentaires oraux.

Roger

Benedict White dit :

Régis merci beaucoup de m’avoir fait découvrir chaque jours ton cyclotourisme Irlandais ainsi que tes belles photos. J’aurais aimé connaître ton équipement détaillé ainsi que tes impressions sur le VAE. Le diable est dans les détails… et les conseils d’expériences sont précieux.
Encore merci pour ce partage de ce magnifique périple.
Amicalement.

Fanfoué De La Motte dit :

Sacré Régis! Heureux qui comme Alice, a fait un merveilleux (hormis la flotte!) voyage, et s’ en est revenu vivre entre ses montagnes élever des moutons? Mais non, bien sûr! Boire quelques canons avec ses poteaux qui ont suivi fidèlement ses irishations malgré une actualité pour le moins …électrique! Bien évidemment, on attendra que tu aies rechargé les zaccus (tarif nuit, of course), et que tu t’ habitues à la canicule! A bientôt, et encore congratulations!

vieillard bernard et régine dit :

Tu vas pouvoir sous-titrer ton périple avec la musique adéquate “I riding in the rain”

Willy Tierens dit :

Bravo Regis. Beaux commentaires et belles photos. Bon retour et au revoir à Voguë ?

Willy et Brigitte

Régis Paraz dit :

Je ne serai pas à Vogüé. Je ne savais quand je terminerai mon voyage. Peut-être irai-je à la concentration au col de Juvinas.

Jacques Collaudin dit :

Bravo Régis pour ce périple impressionnant. Je dois avouer que j’ai lu ton 1er compte rendu puis ce matin j’ai voulu voir où tu en étais !!! Mais je vais me faire une séance de lecture.
L’épisode du contrôleur m’à rappelé l’Espagne où le nombre de velos est limité à 2. Lorsque j’avais réserve il n’y en avais aucun et lorsque je montais dans le train il y en avait déjà 2 ou 3 ou plus.
Bonne récupération et au plaisir de te croiser mais pas à Vogue car je crains les chaleurs !!!

Pitbull dit :

Merci pour ces bons moments de lecture qui nous font rêver;

victor dit :

il me souvient de deux chansons qui évoquent la partance (départ ou retour) par les flots ou les voies ferrées:
“le bateau qui s’arrache du port va sur l’eau, vers le nord ou le sud c’est pareil, sans savoir ce qui l’attend là bas au delà de la mer…” (Enrico Macias)
“on prend toujours un train pour quelque part, un grand train blanc, un grand train bleu un grand train noir…” (Gilbert Bécaud),
Tu l’as réussi ton périple, tu en reviens transformé à coup sûr, sans être transfiguré: les voyages forment à tout âge, yeah!!

Alain SCHOEBEL dit :

Bonjour Regis, bravo pour ce magnifique périple. Merci de nous avoir fait profiter de ce séjour. Bon retour et à bientôt. ALAIN

Philippe Carrez dit :

Bravo Régis,

C’est toujours intéressant de te lire et de voir tes belles photos. Tu as fait un beau périple mais tu es malheureusement tombé sur un mois de juin très humide, en Irlande comme en Bretagne. Il parait que l’été va vraiment commencer la semaine prochaine !
J’espère au moins que la mer sera calme.

Philippe Carrez

Aimé GALDIN dit :

Bonjour Régis et bravo pour cette Odysée !
Il y a peut-être eu des inconvénients dans ce voyage, mais la rentrée dans l’atmosphère va être chaude même avec une bouclier thermique.
On s’en fout, soyons égoïstes et pensons à nous.
Tu as maintenant la tête pleine de souvenirs et les images de ton APN.
Je t’ai suivi finalement tous les jours et je suis étonné d’être arrivé à te raconter tant de conneries. Je voulais montrer que j’étais à tes côtés pour te soutenir avec ces kilos roulants et cette météo si capricieuse.
Bon retour en France et repose toi bien !
Toutes mes amitiés.
Aimé

Serge POLLONI dit :

bravo
tu vas avoir une taille de guêpe !!!!!!!!
peut être à Vogué

Pierre Hérant dit :

Bravo Régis,
J’ai suivi tout ton périple qui n’a pas été facile avec une météo irlandaise en tout point semblable à celle de la France actuellement. J’espère que retrouver l’ambiance que tu recherchais : paysages, musique, pubs et autres, t’a permis de compenser ces difficultés.
Bon retour en France et excellent été à toi, avec maintenant beaucoup de soleil, j’espère.
Pierre

fabien savouroux dit :

Dommage que ce voyage se termine par trois heures le cul sur une sacoche à cause d’une contrôleuse manquant cruellement de discernement car cette fin de séjour était plutôt sympa !
Bon retour en Savoie. En attendant, profite bien de la traversée avec Stena Line !

Tour d’Irlande : Jour 39 — Vendredi 14 Juin Castlecary  →  Portstewart

Étape précédente