Soixante et onzième jour — Mardi 05 Juillet

Les Saintes-Maries-de-la-Mer (13)  →  Marseille (13) Soixante septième étape
Distance 111 km
Dénivelé 680 m
Départ 8 h 00
Arrivée 16 h 00
Distance totale: 111.31 km
Altitude maximum: 218 m
Altitude minimum: -1 m
Denivelé total positif : 676 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Hier soir, après le repas,avec Christine et Guy nous sommes allés faire une petite promenade digestive le long de la Digue à la Mer ce qui a permis de voir l’état du revêtement.

La vidéo du parcours de l’étape

(Possibilité de faire varier la vitesse de défilement de la vidéo en cliquant sur 1x en bas à droite du lecteur (0.75 recommandé). Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

A 8h, je retrouve Denis Chouquet-Stringer qui  est venu des Alpilles me faire l’amitié de m’accompagner en VTT sur la Digue à la Mer. En fait le revêtement est dur et a visiblement été refait (peu de trous) sauf sur un peu moins de 200 m où il faut pousser le vélo dans le sable. Nous arrivons ainsi très rapidement à Salin de Giraud et au bac de Barcarin où Denis rebrousse chemin pour retrouver sa voiture aux Saintes-Maries.

La suite de l’étape sera beaucoup moins agréable : c’est d’abord une longue traversée de zones industrielles ou portuaires sur une route où circulent à très vive allure beaucoup de camions. Heureusement, il y a un large accotement goudronné sauf à deux endroits pièges (passage inférieur sous la voie ferrée et un pont assez étroit) où j’attends qu’il n’y ait pas de véhicule en vue pour les franchir. Je quitte ensuite cette route pour rejoindre Fos-sur-Mer par une petite route qui s’avère circulante et qui n’a, elle, aucun accotement de sécurité. La traversée de la ville se fait sur une avenue ombragée, fréquentée par les voitures et étroite. Visiblement à Fos, on ne se préoccupe pas du vélo. Pour rejoindre Port-de-Bouc, je ne vois que la deux fois deux voies :

je m’arrête à l’office de tourisme pour demander s’il y a une autre solution et on me dit que c’est soit la 4 voies dangereuse soit une piste le long des plages. J’opte pour cette deuxième solution : c’est une piste très large qui a du être goudronnée un jour mais qui secoue terriblement et est très pénible. La Digue à la Mer en comparaison c’était du billard. C’est rageant quand on voit que l’investissement financier pour permettre aux cyclistes de faire cette jonction en toute sécurité ne serait pas énorme car il n’y a aucun travail de terrassement à faire. Visiblement, certaines communes ou départements n’ont aucun intérêt pour le vélo. C’est, hélas, un constat que je fais régulièrement sur ce voyage où je peux faire beaucoup de comparaisons.

Une étape à Martigues (très jolie ville) pour le repas et je repars sous la canicule.

L’ascension du col de la Gatasse (120m) après le repas est difficile à cause de la chaleur mais celle de Rove où il y a 200 m de dénivelé avant Marseille sera encore plus difficile car la chaleur est encore accentuée le long des rochers blancs qui bordent la route. Une belle descente rapide m’amène ensuite directement  à Marseille. La circulation et la chaleur étaient si intenses que je n’ai pas eu envie de m’arrêter prendre des photos et pourtant il y avait de beaux points de vue à certains endroits.

Marseille
Marseille
Etape 67 Les Saintes-Maries-de-la-Mer →  Marseille 111 km

286 Downloads
Détails

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

bandiera dit :

ouf tun as passé ce point merdique
bravo
claude

Alex Poyer dit :

Bonjour Régis,
Tu as traversé le dernier grand fleuve de ton périple. Le but approche. Encore un peu de zone balnéaire puis la traversée de tes chères Alpes.
Bon courage mais je sais que le moral est là.
À bientôt dans le massif de l’Aigoual.

François dit :

Dear President, je ne connais pas le menu vespéral; j’espère que tu te contenteras de la bouillabaisse et que tu shunteras les pieds paquets. Bien sûr, avec un petit blanc de Cassis – un verre, allez deux, ça ira mieux! Demain, un petit tour au Prado, voire au Parc Borély avant d’ attaquer la montée vers Notre-Dame-de-La-Garde ( putain, avec les sacoches, ça va pas être triste! ) est incontournable! Tu pourras toujours piquer une tête dans le Vieux Port en redescendant et même prendre le bateau jusqu’ au Château d’If, mais faudra pas trop traîner, car la journée sera plutôt chaude. Et avè l’assent, ça sera plus facile…

Alain DABE dit :

Bonsoir Régis

Sacré Régis: 1680 m de dénivelé pour une étape au bord de la Méditerranée: “Té Vé ne serais tu pas devenu Marseillais”!!

Je pense qu’il faut lire 680 m…

L’état des pistes est loin d’être ceux de la Gironde!! Dans le grand Sud les entreprises de BTP préfèrent bétonner les immeubles..que les petites routes pour les cyclos..

L’air des Alpes est là, plus que 2 où 3 jours pour bifurquer à gauche et cap plein nord.
Encore beaucoup de courage. Amicalement; Alain

Soixante dixième jour — Lundi 04 Juillet Frontignan (34)  →  Les-Saintes-Maries-de-la-Mer (13)

Étape précédente

Soixante douzième jour — Mercredi 06 Juillet Marseille (13)  →  La Seyne-sur-Mer (83)

Étape suivante