Tour d’Irlande : Jour 08 — Mardi 14 Mai

Goleen  →  Bantry Huitième étape
Distance 35 km
Dénivelé 320 m
Départ 7 h 50
Arrivée 11 h 00
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Hier soir, pas de restauration possible à Goleen, aussi j’ai fait l’impasse sur ma visite au pub.

Goleen
Hier soir depuis le camping

Il pleut beaucoup lorsque je me réveille. Je file dans la cuisine aménagée du camping afin de préparer et prendre mon petit déjeuner à l’abri. La pluie ne cesse pas pendant tout le temps où je me prépare (rangement des affaires, toilette). J’attends encore un petit moment à l’intérieur de la tente qu’elle faiblisse … Elle s’arrête complètement pendant environ une heure que je mets à profit pour plier la tente, charger le vélo et m’avancer de 5 km.

Pendant l’attente dans la tente, j’ai décidé de modifier mon itinéraire car je ne verrai pas grand chose sous ces conditions climatiques. J’avais déjà parcouru Mizen Head à vélo en 1992 et ne suis donc pas trop privé. J’ai repéré une petite route sur la carte qui me permet de couper et de raccourcir mon itinéraire en direction de Bantry.

Bien m’en a pris !

Au cinquième kilomètre, je rejoins mon itinéraire normal sur la côte ouest de la péninsule de Mizen. La route est splendide mais serait encore plus belle sous un ciel lumineux. J’ai néanmoins le temps de prendre deux photos avant que la pluie ne redémarre. 

sur la côte ouest

Cette fois, la pluie ne s’arrêtera plus. Au vingt-quatrième kilomètre, j’arrive à Durrus qui est situé juste à l’entrée d’une péninsule dont j’avais prévu de faire le tour. Voyant qu’il y a des commerces (épicerie, pub, restaurant), j’envisage d’y faire étape et me mets en quête d’un Bed and Breakfast. Trempé, je rentre dans la boulangerie, épicerie et demande s’ils en connaissent un. Un couple de clients me propose leur aide. Tandis que la femme téléphone chez  différents hébergeurs potentiels, l’homme m’offre un grand café. Un autre client entre dans l’épicerie et me propose de charger mon vélo dans son fourgon pour rejoindre l’hébergement qui serait éventuellement trouvé. Finalement on en trouve un, cher, mais il est très éloigné du village et je ne pourrai pas me restaurer ce soir. Je prends la décision de poursuivre ma route jusqu’à Bantry situé 10 km plus loin, en laissant de côté le tour de la péninsule avec l’intention de le faire demain si le beau temps revient.

À Bantry, je me rends à l’office de tourisme qui me trouve un Bed and Breakfast dans lequel je me rends aussitôt.

Vue de Bantry depuis la fenêtre de ma chambre

Je profite de mon après-midi, avant de passer une soirée au restaurant puis au pub, pour continuer à  donner des éléments sur l’Irlande et ses habitants.

J’avais parlé précédemment du caractère amical des Irlandais et de leur serviabilité : cela s’est encore révélé ce matin et hier soir au camping.
Depuis mon départ de Rosslare, je reçois très très souvent des saluts amicaux de la part de piétons le longs des routes ou lors des traversées de villages.

En revanche, les couraillons sont aussi c… que chez nous : samedi et dimanche, j’ai rencontré de nombreux cyclistes sur mon chemin : samedi, ils roulaient seuls tandis que dimanche ils roulaient en groupe. Le samedi aucun d’entre-eux ne m’ayant dit bonjour, je ne leur ai pas répondu ! Le dimanche, seulement quelques-uns me saluaient.

L’ambiance des pubs : visiblement le tabac y est prohibé. C’est très bruyant. Le bar est souvent difficilement accessible car “squatté” par des buveurs de bière attablés. La clientèle est majoritairement masculine. Les quelques femmes qui fréquentent les pubs sont plutôt jeunes. Point commun entre hommes et femmes : qu’est-ce qu’ils picolent ! Je ne sais pas comment ils font pour ingurgiter de telles quantités de bière.

Petit détail pratique : en Irlande les fiches électriques sont de type G (comme en Angleterre je crois). J’avais acheté cet hiver un adaptateur (voir photos ci-dessous).

En ce qui concerne, la recharge de la batterie de mon VAE, lorsque je suis en B&B, je l’enlève et la recharge dans ma chambre tandis que quand je suis en camping, je la charge sur le vélo si j’ai un branchement type CEE Bleu.

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams, les commentaires sont publiés après modération.

Jeff Parr dit :

Hi Regis, You are certainly unlucky with the weather but I can assure you that it’s not much better here in Savoie. I hope you are taking full advantage of the Black Stuff, Guinness to us. Two points from your blog; 1 the word “couraillons” I don’t understand, I have looked in my French dictionary with no joy so I tried Google, still no joy, is it a local word? Perhaps you can enlighten me. 2 The English electrical system is different from the Irish one, there, everything is three pin not four, as in your photo example but I think that they both have a fuse inside them. I hope that the weather improves, Bonne Continuation! Jeff

Régis Paraz dit :

Hi Jeff
In Ireland, as in the UK, mains plugs are type G, and consist of 2 horizontal plugs and a vertical earth plug. A slightly different version to the rest of Europe!
A couraillon is a pejorative term for a cyclist who is neither a racer nor a cycle-tourist. He’s pretentious and thinks he’s a champion without having had the courage to take out a club licence to compete against other riders. He’s only interested in himself and tries to make people believe he’s strong. I have a lot of respect for healthy riders and for cycle tourists, but not for a cyclist who thinks he’s a pro. In a group, he always wants to break away to show that he’s got the pedal to the metal. But… he never gets very far on his own.

Fanfoué De La Motte dit :

Hello Régis, Je lis que la pluie ne nous lâche pas, au N-O comme au S-E. Fais comme moi , va aux caracoles! Je suis toujours tes cyclorinations, et ta première photo m’a rappelé une petite route vers le cap de La Hague quand je t’ avais accompagné lors de ton tour de France, lors du trajet Cotentin. Je ne sais pas comment ton e-bécane est Chaussée mais j’espère que tu roules avec des gommes assez grosses et bien striées. J’ ai été étonné d’ apprendre que les indigènes picolaient autant! Je les croyais plus sérieux que les rosbifes. Comme quoi la Guinesse est peut-être meilleure pour la santé que le pinard! Comme on dit now :” profite et mersévère malgré la flotte” ! Allez, adésias et à plusse!

gilbert Roy dit :

Hello mon ami Régis, te voilà reparti et mon feuilleton quotidien favori aussi. J’en suis bien aise et je viens t’encourager pour la suite. Je te souhaite un meilleur temps à venir. Continue à nous envoyer tes belles photos et tes commentaires avisés. Grand merci à toi et bon voyage. Il pleut aussi en Haute Savoie en ce moment. Bye bye du chat maigre (Gilbert de la Mandallaz)

Francis TOUZEAU dit :

Salut Régis,
Si demain tu as un peu de soleil, ça vaut vraiment le coup de rester une journée à Bantry et de visiter Bantry House et ses jardins. Avec Chantal, nous avions logé dans un espèce de gîte recommandé par le Cyclist’s Touring Club, une maison verte entre une bleue et une rouge située sur Harbour Road, ce n’était pas très cher comparé aux B&B et nous étions les seuls clients. Merci de nous faire partager ton voyage et bonne continuation.

Carmen dit :

Quel bonheur de te lire, de te suivre, de regarder ce que tu nous donnes à voir, de comprendre un peu mieux l’Irlande et les Irlandais… Bravo pour ce que tu fais! C’est grand, c’est fort, c’est balèse ! Les couraillons peuvent aller se rhabiller!
Merci Régis !!!! Je t’envoie du soleil pour poursuivre ta route !!!!!

Aimé GALDIN dit :

Après cette étape dantesque, il ne te reste plus qu’à aller te frotter au désert du Néfoud. On en ressort très sec. Pas besoin de convoquer une équipe de momifieurs. La nature s’occupe de tout.
Mais pour le moment, c’est la verte Irlande. Après avoir franchir l’anneau de Kerry, tu seras toujours en prise avec les vents d’ouest. Le Goretex te tiendra au sec et les plumes d’oie au chaud la nuit. Bon moral, bonne route, la pêche et n’oublie pas de boire du pétrole.

Mucel dit :

Hello Régis,

Je vais te commander le soleil. je te rassure en Savoie la pluie est de retour et monsieur meteo annonce la pluie sur plusieurs jours.
la gentillesse des irlandais va te motiver davantage et le soleil va arriver.
Courage bonne soirée

Quercioli Yann dit :

Moi je te salue d’Arbin Régis ! Admiratif de ta réactivité, et de ton adaptation à chaque étape! Bravo !

Mica dit :

salut Régis, j’espère que tu vas avoir du beau temps pour la suite de ton parcours, bon courage pour la suite mais si tu as trouvé un pub au bout de cette étape, ton moral doit être mieux
amitiés
Mica

CHAURIN dit :

Régis,
Tes précisions sur les prises électriques répondent à ma question de l’autre jour. Le côté sympa et serviable des irlandais perdure, ainsi que la tendance à s’hydrater…! Des escales à Kinsale, Baltimore, Crookhaven, voilà longtemps, m’ont permis d’apprécier ce que tu décris si bien. Profite bien de ce voyage !
Bon vent,
Guy

Josée et Jean-Robert Chauvot dit :

Nous sommes en Toscane et nous traquons les cols. Original isn’t it ? Nous aimons toujours autant tes “reportages” que lisons avec plaisir tous les jours. l’Irlande a l’air très sympas mais son climat ne nous incite pas à y mettre les roues de nos vélos ️.
En ce qui concerne les salutations entre cyclistes, les Italiens ne sont pas plus avenants que les Irlandais.

Tour d’Irlande : Jour 07 — Lundi 13 Mai Baltimore  →  Goleen

Étape précédente

Tour d’Irlande : Jour 09 — Mercredi 15 Mai Bantry  →  Bantry

Étape suivante