Tour d’Irlande : Jour 10 — Jeudi 16 Mai

Bantry  →  Allihies Dixième étape
Distance 71 km
Dénivelé 730 m
Départ 9 h 10
Arrivée 15 h 15
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Je démarre sous le soleil. Les vingt premiers kilomètres se déroulent sur une route à grande circulation offrant très peu de vues interessantes. La route est suffisamment large pour rouler en sécurité.

vue sur la péninsule de Beara et ses montagnes avant Glengariff

C’est à Glengarriff que je pénètre dans la péninsule. Des haies fleuries masquent souvent la mer.  Je ne peux malheureusement guère m’arrêter pour photographier les montagnes, situées sur la droite, qui culminent entre 500 et 600 m car l’accotement n’est pas assez large et les véhicules, dont quelques camions, roulent à très vive allure.

À propose des haies que je vois depuis le départ de mon voyage : on trouve beaucoup d’essences qui chez nous sont plutôt dans les jardins d’ornements. Rhododendrons et fuchsias poussent ici en pleine terre, en pleine nature. Mélangés aux genêts, eux aussi en fleur, Ils donnent de belles touches de couleur à ces haies sauvages.

C’est vraiment à partir d’Adricole, au trente-cinquième kilomètre, que le paysage va s’ouvrir. À Adricole, j’hésite à bifurquer à droite pour aller regrimper, le Heally Pass, l’un des plus beaux cols que j’ai pu gravir. Situé à 285 m d’altitude, on se croirait, avec sa végétation, dans un col alpin à plus de 2000 m d’altitude. Et de ce col, on a une vue sur la mer des deux côtés. Je renonce, les nuages s’ammoncellant, car il est probable que je ne finirai pas mon étape sec.

Je poursuis donc ma route en direction de Casteltownbere où j’ai prévu de me ravitailler et de me restaurer.

La pluie commence à tomber alors que je suis encore à 4 km de Casteltownbere mais elle n’est pas forte. C’est au moment où j’attache mon vélo pour entrer dans une supérette qu’une violente averse tombe. Je me réfugie dans le magasin, fais mes achats. Quand je ressors la pluie continue à tomber très fort. Je pique-nique à l’abri sur des tables et bancs disposés sur une petite place.
Au bout d’une demie-heure, une belle éclaircie me permet de redémarrer. II me reste une quinzaine de kilomètres à effectuer avant d’atteindre la bifurcation vers l’ouest. Le ciel va se recouvrir rapidement de gros nuages bien noirs.

J’arrive au bout de la côte est de Beara. Je franchis un très joli col (Bealbarnish gap) situé à 90 m d’altitude que bien évidemment, je ne déclarerai pas dans ma liste de cols franchis pour le Club des Cent Cols puisque non franchi à la seule force musculaire.
Les jambes étant bonnes, j’aimerais continuer encore une vingtaine de kilomètres mais la pluie revient. Comme je n’ai pas envie de planter la tente, je me mets en quête d’un Bed and Breakfast. J’en vois un indiqué à une centaine de mètres de la route. Je m’y rends, sonne mais personne ne répond.  Je poursuis ma route et 1,5 km plus loin je trouve mon bonheur dans le village d’Allihies. Le B&B est en plein village, près du pub où je vais pouvoir aller me restaurer.

vue depuis Allihies, le soir

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams, les commentaires sont publiés après modération.

Zuanon JP dit :

Bonsoir Régis,
Je n’ai pas encore lu la moindre allusion au Tullamore Dew. Tu l’as toujours pas mordu ? Alternative, le Paddy. Mais il doit y en avoir d’autres… Tu connais la suite “l’abus d’alcool etc…” but it is so good. Quant à tes multiples allusions aux pubs, je te comprends. Que celui qui n’a jamais péché…
Bravo pour ton non-enregistrement des cols franchis avec VAE. Mon petit doigt me dit que cela ne va pas tarder à poser problème au sein de la Confrérie, si ce n’est déjà fait. Pour moi, c’est clair, c’est non… ou alors on s’ouvre aussi aux motards et adieu le bel esprit Dusseau-Perdoux and Co
Côté météo, les Alpes du Sud ne sont pas mal arrosées en ce moment. Il a neigé à 2000 et je viens de faire une flambée, à la demande de Madame !
Have a good trip.

JP

Jean-Yves Breton dit :

Bonjour Régis,

C’est toujours un plaisir de suivre, au chaud et au sec, tes périples. Beaux paysages et belles photos.
J’apprécie toujours ta lecture des paysages rencontrés.
A la vue de ta monture, tu me semble bien chargé. Pas loin de 45kg, peut-être?
Le “dopage” à l’EPA (Electricité Pour Avancer) semble bien venu.
Bon courage en souhaitant qu’un meilleur temps t’accompagne.
Jean-Yves

Daniel Beaujoin dit :

Allihies, beau village coloré !

Nous y avons fait étape 2 fois (au camping)

Souvenir de la route Allihies – Eyeries, très accidentée, en cyclo-camping musculaire, c’était costaud !

Mis à part le WE de l’ascension, le temps n’est pas terrible aussi par ici !

THIERRY Véronique et Joël dit :

Décidément il pleut ! Bravo pour ton opiniâtreté et ton fair-play !
Les photos sont très belles et nous nous régalons !

Aimé GALDIN dit :

Je t’informe que depuis ce matin je suis l’heureux possesseur d’un authentique gros pull en pure laine de moutons irlandais. Il a dû venir sur une galère romaine et a dû coûter une blinde en frais de transports. Pour la laine et la façon, je ne sais pas. Finalement la bonne nouvelle c’est que tu n’auras pas à me le ramener sur ton veylow à la force de tes gambettes.
Je vois que le beau temps revient sur ton île. C’est une bonne nouvelle. Fait bien attention à à ta peau et rappelle toi que si le Bon Dieu a mis certaines populations sur des îles c’est qu’il y a sûrement une raison !

Pascal Buffy dit :

Salut Régis,
Tu me diras si je me trompe, mais il me semble que dans ton dernier récit, il y a comme une formule magique, et je pense même avoir vu sur ton visage un énorme sourire quand tu l’as écrite :
“… près du pub”.
Je te souhaite donc pour toute la continuation de ton voyage d’écrire le plus souvent possible cette formule salvatrice et si bienheureuse “… près du pub”.
Peut-être même que cela va devenir ton nouveau surnom. Tiens, il me vient un air en tête : … plus près de toi mon pub, plus près de toi …
Pascal

Tour d’Irlande : Jour 09 — Mercredi 15 Mai Bantry  →  Bantry

Étape précédente

Tour d’Irlande : Jour 11 — Vendredi 17 Mai Allihies  →  Kenmare

Étape suivante