Tour d’Irlande : Jour 33 — Samedi 08 Juin

Killybegs  →  Narin Trente-troisième étape
Distance 68 km
Dénivelé 1110 m
Départ 8 h 10
Arrivée 13 h 35
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Belle lumière aujourd’hui ! Le ciel est bleu mais le vent est toujours là. Il va être contraire pendant les trente premiers kilomètres.
Je qualifierai cette journée comme une étape de montagne. J’ai beaucoup moins longé les côtes.
Le départ est rude : sans échauffement, ça monte de suite. Comme le temps est très changeant en Irlande, je multiplie les arrêts pour avoir enfin des photos lumineuses.

Surtout qu’il y a des nuages à l’ouest et c’est de là que vient le vent. Cela permet aussi de décontracter un peu les jambes.

Les nuages passent très vite poussés par le vent et laissent la place au soleil.

Au vingtième kilomètre, je quitte la large route principale pour prendre une route déserte. Je pénètre dans un massif montagneux au milieu de champs de tourbe.

Les tourbières sont en exploitation. Pour le chauffage puisque j’ai déjà senti l’odeur en passant près de maisons depuis que je suis la côte ouest. Mais aussi sans doute pour le fumage de certains malts à whiskey.

exploitation de tourbe. En blanc, ce sont les sacs plastiques où elle est stockée.

Cette route va me conduire jusquà Malin More où je retrouve l’océan.

Que je vais longer ensuite sur deux kilomètres

avant de pénétrer à nouveau à l’intérieur des terres au village de Glencolumbkille.

Comme il fait beau, je prends la décision de modifier mon itinéraire afin de repasser par le Glengesh pass. En 1992 avec mes 5 coéquipiers nous l’avions franchi sous un temps maussade.

Et c’est parti pour dix-sept kilomètres d’ascension qui seront entecoupées par une descente de 3 km.

petit col géographique à franchir dans la montée, précédant la descente de 3 km.

Le vent est favorable mais je ne sens pas son effet avec mon chargement à hisser.  Après bien des efforts, j’arrive au sommet du col.

vue sur la vallée depuis le Glengesh pass

La redescente sur Ardara, capitale du pull irlandais est pentue et très rapide.

À Ardara, il ne me reste plus qu’une dizaine de kilomètres à faire pour rejoindre mon hébergement. Je pensais que c’était assez plat mais ce sont une successions de descentes et de petites côtes casse-pattes qui m’attendent.
J’arrive bien fatigué avec une dénivellée significative. Il faut dire que les trente premiers kilomètres avaient bien entamé mes réserves.

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams, les commentaires sont publiés après modération.

Alain SCHOEBEL dit :

Bonjour Regis
En effet étape exigeante, mais pour nous au combien agrémenté de magnifiques photos MERCI de nous faire voyager
amicalement

henri dusseau dit :

Encore et toujours merci régis pour ma découverte de ce pays, rude, varié, magnifique et changeant.il faut envisager de transformer tes prochains voyages en proposant texte et photo, pour le prix Pierre Roques;
Un regret, jamais de personnages sur tes photos. Toi qui est si chaleureux et ouvert, quelquefois j’aimerai voir ta bouille, au sommet d’un col par exemple. Un galerie de “geules” irlandaises, seraient, je pense, un plus a tes randonnées;

Aimé GALDIN dit :

Il faut être patient pour que le beau temps se stabilise, qu’on soit arrivé au plein milieu de l’été. Là on verra peut-être des ciels d’un bleu immaculé qui fait tant défaut pour le moment. Mais tu nous donnes tellement d’illusion avec ton appareil qui magnifie ton décor journalier, qu’on aurait presque envie d’en faire de la publicité (de la pub licite !). Une question que tu n’a jamais abordée : est-ce que dans les villes-villages que tu traverses tu vois beaucoup d’installations de climatisation sur les murs et balcons des maisons ? Je suis impressionné par ces champs où s’alignent des rondins de tourbe prêts à l’exportation. Saurais-tu nous dire si la mondialisation à montré un rendement calorifique supérieur de la tourbe par rapport à la bouse de yak. Des études en cours n’ont peut être pas encore livré tous leurs secrets…

poyer dit :

Quel récital de magnifiques photos!
Amitiés et bises
Pierrette et Alex

Michel MATHIEU dit :

Magnifique
Plus de soleil qu’en Haute Savoie !
Est ce qu’il y a des pistes menant à des cols muletiers ?
Bonne fin de périple

Régis Paraz dit :

Je n’en sais rien. Je n’ai pas vu de pistes là où je suis passé. De plus avec les nombreuses tourbières je ne vois pas comment accéder à des cols muletiers s’il y en a de répertoriés.

Vercaigne dit :

bonsoir régis.
tu n’es plus très loin de l’ulster. iras tu y faire quelques étapes ?
les photos sont très belles et donnent l’impression d’ailleurs….
bon vent à toi

Régis Paraz dit :

Je prévois d’aller voir la Chaussée des Géants. J’avais prévu 2 étapes ensuite pour rejoindre Belfast et prendre le train mais j’ai appris qu’il y a une gare à quelques kilomètres de la Chaussée. Je prendrai donc le train là bas ce qui m’évitera ces 2 étapes de jonction pour lesquelles je n’ai jamais été motivé.

Tour d’Irlande : Jour 32 — Vendredi 07 Juin Bundoran  →  Killybegs

Étape précédente

Tour d’Irlande : Jour 34 — Dimanche 09 Juin Narin  →  Meenaleck (Annagary)

Étape suivante