Jour 29 — Lundi 17 Juin

Le Brévedent (14)  →  Thury-Harcourt (14) Vingt-septième étape
Distance 80 km
Dénivelé 720 m
Départ 7 h 05
Arrivée 15 h 55
Distance totale: 79.31 km
Altitude maximum: 182 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

C’est une journée zen que j’ai passée. Il fait très frais au départ, 10°C mais la température va s’élever progressivement et le pédalage sera très agréable. Du beau temps toute la journée, pas de vent, pas de pont interdit, une route barrée car coupée par la chute d’un arbre mais pas de gendarme pour m’empêcher de contourner l’obstacle en passant dans l’herbe. Des côtes en début d’étape, du plat au milieu et à nouveau des bosses en fin de parcours. Une dénivelée cumulée significative tout de même !

(Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite du lecteur vidéo. Elles apparaissent en survolant la vidéo à la souris)

Tout le camping est endormi lorsque je démarre. Après trois kilomètres faciles, j’arrive à Blangy-le-Château, site BPF du Calvados. Le village est endormi, aucun commerce ouvert pour faire tamponner ma carte BPF. Je monte voir l’église puis le château. Ce n’est pas comme à Auxy-le-Château, il y en a un. Il n’est pas dans l’état de celui de Coucy-le-Château non plus.

A mon retour du château, le bar-bureau de tabac est ouvert et je peux faire tamponner ma carte. Un bonne côte pour sortir de Blangy puis une descente et une autre bosse de trois kilomètres me conduisent sur un plateau où le pédalage est facile. Si j’ai circulé sur la route des vins lors de mon voyage 2016, là je roule sur la route du cidre. Je vois des fermes avec des panneaux de vente directe de cidre, calvados ou pommeau mais je ne vais pas charger encore plus mes sacoches. Le paysage est varié : des plantations de pommiers ça et là mais pas de grands vergers, des prairies et des bois.
J’arrive à Beuvron-en-Auge, deuxième site BPF de la journée, labellisé “plus beaux villages de France”. Le label n’est pas usurpé. Maisons à pans de bois du XVIIe et du XVIIIe siècle, halle fermée et manoir au centre du village sont remarquables. L’éclairage de cette belle journée rehausse la beauté des édifices.

Il y a beaucoup de touristes anglophones ou germaniques et il faut être un peu patient pour pouvoir faire des photos sans être gêné par un autre photographe planté devant un monument. Beuvron-en-Auge est renommée pour sa fête du cidre. Je ne résiste pas à goûter un cidre fermier bio avant de reprendre la route.

Je poursuis ma route et envisage de manger une quinzaine de kilomètres plus loin. La boulangerie de Beuvrin-en-Auge était fermée et je vais être obliger de déclencher le plan ORSEC : saucisson qui traine dans la sacoche depuis un certain temps plus pain rassis.

Et c’est justement au quinzième kilomètre que j’arrive dans un village où il y a un bar restaurant qui propose un plat du jour. Je n’hésite pas une seconde et pour treize euros j’ai droit à un buffet d’entrée, rumsteck et pâtes, fromage, dessert, café et vin. J’en profite pour goûter le trio normand de fromages : Livarot, Camenbert et Pont-l’Evêque. Ils sont excellents.
Je suis un peu lourd en sortant mais j’ai une petite dizaine de kilomètres tranquilles, sans difficultés avant un final qui sera bien “bossu”.

Il commence à faire très chaud juste quand j’arrive à Thury-Harcourt, dernier site BPF de la journée où j’ai prévu de faire étape au camping. Thury-Harcourt a été détruite à 75% par les bombardements alliés en juin juillet 1944. C’est donc surtout sa position en Suisse Normande qui lui confère son intérêt.

L’église Saint-Sauveur, romane, du XIIe s (Thury-Harcourt)

Demain l’étape risque d’être difficile en Suisse Normande. Elle sera bien vallonnée et j’ai repéré de gros pourcentages qui me mèneront au col de Berjou.
Brigitte et Marc Jeanne, deux amis d’Avranches qui m’avaient hébergé lors de mon tour de France vont faire un petit bout de route avec moi ainsi que Paul Grante, membre du Club des Cent Cols chez qui je suis invité demain soir du côté de Mortain-Bocage.

au fond, les collines de la Suisse normande

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fanfoué De La Motte dit :

Salut Régis, je constate que tu poursuis méthodiquement et avec grande sagesse ton périple, en pays d’Auge maintenant. Tu as évité Mézidon-Canon, juste (a)beuvré d’un petit coup de cidre bio, il ne s’agit pas de virer à l’ andouille! Magnifiques maisons et manoirs à colombages, halle fermée, c’est plus rare, église Saint sauveur, romane mais l’ arc est déjà brisé, pas de vaches normandes, seulement des françaises frisonnes, usines à lait sur pattes! Je trouve aussi que les pommiers de la dernière image font riquiqui! Menfin, cyclosaurus, bon vent pour ce jour!

Quenard Maurice dit :

La France est riche et belle ! tes commentaires et tes photos sont là pour le démontrer !
J’admire ton courage et ta ténacité !
Bonne continuation !
Bien amicalement
Maurice

victor dit :

Les manoirs n’étaient pas faits pour les manants, bien que leurs mains aient pu servir à leur édification.
Les profils de la Suisse normande sont quasi aussi attirants que ceux de la Suisse Gardoise, du côté de Lasalle, tu dois connaître;
des dénivelés encore plus significatifs t’attendent donc (hier j’ai commis un retour en adolescence, 161 km et 2847 m dans les Pyrénées Audoises au portes d’Ariège, mais je suis loin de ta somme colossale de bornes et milliers de mètres cumulés par toi depuis un mois!)
L’été arrive, il débarque jusque dans les contrées que tu visites.

Jour 28 — Dimanche 16 Juin Jumièges (76)  →  Le Brévedent (14)

Étape précédente

Jour 30 — Mardi 18 Juin Thury-Harcourt (14)  →  Bion (50)

Étape suivante