Jour 8 — Lundi 27 Mai

Chaumont-en-Vexin (60)  →  Venette (près de Compiègne 60) Huitième étape
Distance 91 km
Dénivelé 560 m
Départ 8 h 10
Arrivée 17 h 20
Distance totale: 90.93 km
Altitude maximum: 226 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Ce soir, Je ne serai pas très disert car je suis arrivé tardivement au terme de l’étape. Une longue halte à midi chez un couple de grands randonneurs Cent Cols du côté de Creil et un portail fermé à clé à mon arrivée dans un Airbnb ne m’ont permis d’être opérationnel pour narrer le récit de cette riche journée qu’à dix-neuf heures. Il me reste encore à préparer le dîner.
Hier soir, j’ai décidé de modifier mon parcours en passant par Compiègne afin d’essayer de trouver un vélociste pour régler mon changement de vitesses.

(Nouveau : la vidéo est maintenant à vitesse réduite sans besoin d’intervention. Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite du lecteur vidéo. Elles apparaissent en survolant la vidéo à la souris)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

Le ciel est encore un peu chargé ce matin mais la température est meilleure que celles aux départs des jours précédents. Il fait 19°C. Juste après le départ, je reçois un coup de téléphone de Guy Garcin, membre régional du Club des Cent Cols qui propose de rouler avec moi cet après-midi.

Ambiance de départ dans le Vexin

Contrairement aux deux derniers jours, il n’y a pas d’échauffement. Ce sont tout de suite des côtes qui se présentent. Ces côtes présentent des pourcentages plus raisonnables que celle rencontrées aussi dans le Vexin, entre Cergy et Giverny en 2016

Images du Vexin

Après 30 km de routes vallonnées, j’ai déjà une dénivelée positive conséquente. C’est à ce moment-là qu’arrive à ma rencontre Roger Dewulder. Il a été prévenu par Guy et je suis invité à déjeuner chez lui, moyennant un petit détour de deux kilomètres.

Roger, avec sa femme Ghislaine, sont tous deux membres du Club des Cent Cols et randonneurs au long cours. Ils ont fini la collection des BPF et en recommencent une nouvelle. Ils ont aussi effectué des diagonales en tandem.

Les vingt kilomètres qui nous séparent de son domicile passent très vite avec un tel compagnon de route. Nous arrivons à midi pile et Ghislaine ainsi que Guy nous attendent.

Ghislaine et Roger sont des Chtis exilés dans l’Oise. Au menu il est prévu des frites. Elles se révéleront très savoureuses grâce à la sélection des pommes de terres et le savoir faire de Ghislaine. Nous discutons beaucoup et c’est à regret qu’il faut nous séparer, ayant encore plus de quarante kilomètres à effectuer pour terminer mon étape.

Cet après-midi, Guy a pris le relais de Roger pour m’accompagner. Les treize premiers kilomètres dans une zone urbanisée (nous ne sommes qu’à cinquante kilomètres de Paris) ne sont guère intéressants. La conversation de Guy, en revanche, l’est beaucoup plus et permet d’avaler les kilomètres sans ennui. Les derniers kilomètres sont mêmes très agréables sur la belle voie verte au bord de l’Oise. Arrivé au centre de Compiègne, Guy fait demi-tour et je rejoins le logement que j’ai réservé.

J’arrive au gîte et trouve le portail fermé à clé alors qu’il devait être ouvert. Malheureusement un autre locataire avait fermé le portail contrairement aux consignes laissées par la propriétaire. Je n’arrive pas à la joindre au téléphone et finalement après une heure d’attente devant le portail, le téléphone sonne et la propriétaire me donne les instructions nécessaires à la prise de possession de ma chambre.

hôtel de ville de Compiègne

Après cette belle journée, riche en rencontres, demain, la pluie est annoncée. Je vais en profiter pour essayer de faire réparer mon vélo et peut-être prendre une journée de repos bien que je sois en pleine forme. En fonction du temps pris par la réparation et en fonction de la météo, je vais essayer d’aller visiter la clairière de l’Armistice de Rethondes  où se trouvait le wagon dans lequel ont été signés l’armistice du  entre la France, ses alliés et l’Allemagne, puis l’armistice du 22 juin 1940 entre la France et le Troisième Reich.

Un grand merci à Ghislaine, Roger et Guy pour leurs attentions qui feront de cette journée un excellent souvenir.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fanfoué De La Motte dit :

Dis donc, Régis, à force de passer du temps à table, puis à musarder devant les églises, tu t’ étonnes ensuite que herr Henneby ne t’ ai pas attendu! C’ est pas sérieux! Qui veut voyager longtemps ménage: first, sa monture ( si la bécane renâcle, c’ est qu’elle est mal menée) et secondo, le bonhomme! Donc, demain, prends un peu de repos! Et ne va pas choper un coup de froid dans cette forêt où soufflent les vents mauvais de l’ histoire! Allez, wiedersehen!

REMOND dit :

Bonsoir Régis
On s’est loupé à 24 h près. Hier nous finissions notre BRM 400 à Verberie en ayant au préalable traversé la forêt de Compiègne que tu traverseras demain. Tu as une piste cyclable qui la traverse , elle devrait t’emmener pas trop loin du château de Pierrefonds dû à Violet le Duc. Bien évidemment tu t’es éloigné de ton projet initial en montant plus au nord. Samedi nous sommes passés à quelques km de la clairière de l’Armistice mais pas vraiment le temps de nous y arrêter.
Désolé de ne pouvoir cette année faire un bout de route avec toi.
Bonne continuation

Jean-Marc Lefèvre dit :

Bienvenue dans notre belle région Cher Régis ! Si tu disposes d’un peu de temps demain, en plus du carrefour de l’armistice, je te conseille vivement le château de Compiègne et ses musées de la voiture et surtout du Vélo. Des pièces de collection uniques qui font référence dans le milieu de l’histoire du Vélo, malheureusement pas très bien mises en valeur dans leurs présentations, mais il parait que cela va changer…J’espère que tu as reçu mon message concernant ton hébergement sur Fére en Tardenois ? Transmets mes Amitiés à Michel Coquerel notre sympathique Vélociste Compiègnois ! A très bientôt JM

pitbull dit :

Compiègne cela fait bien longtemps que je n’y suis pas passé, c’était pour déménager Serge à son école d’ingénieur;
Je vois que tu as de bonnes compagnies, c’est toujours sympa pour faire passer les kilomètres ;
Si la porte de la chambre était fermée il parait que la forêt est accueillante mais ne te perds pas la route est encore longue;
bonne nuit et beaux rêves…

Jour 7 — Dimanche 26 Mai Le Neubourg (27)  →  Chaumont-en-Vexin (60)

Étape précédente

Jour 9 — Mardi 28 Mai Repos et visite à Compiègne  →  

Étape suivante