Voyage 2-2022 : étape 18 Noirmoutier — Jeudi 02 Juin

Beauvoir-sur-Mer (85)  →  Beauvoir-sur-Mer (85) Dix-huitième étape
Distance 81 km
Dénivelé 200 m
Départ 8 h 00
Arrivée 14 h 35
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

La nuit ne s’étant pas trop mal passée malgré des symptômes persistants mais visiblement sans fièvre, je décide d’aller faire le tour de l’île de Noirmoutier que j’avais prévu. Un départ à 8 heures devrait me permettre de pouvoir passer le Gois au retour avant 15 h.
De gros nuages ont envahi le ciel mais le fort vent d’est qui souffle va petit à petit dégager le ciel et la journée se terminera sous un grand soleil. Je prends au plus court et emprunte la grande route jusqu’à Fromentine. Dans ce sens, il n’y a pas trop de circulation. En arrivant vers Fromentine, je prends la petite route qui passe dans le village mais là je retrouve beaucoup de circulation car la grande route est déviée. Je rate la piste cyclable à la sortie du village et finis par la retrouver elle me conduit jusqu’au pont.

Le passage du pont est un peu délicat : il y a bien une voie protégée mais exclusivement réservée aux piétons. Il y a beaucoup de circulation dans les deux sens, un fort vent latéral et, ça monte bien jusqu’au milieu du pont. Je suis content de ne pas avoir les sacoches et peut ainsi passer moins de temps exposé.
Après une descente tout aussi instable je prends immédiatement une piste cyclable qui me conduit vers l’océan. 

Elle n’est pas revêtue mais le stabilisé est roulant. Cette piste longe la mer en contrebas d’une digue qui masque la vue sur la baie. Elle est néanmoins agréable car elle passe au milieu de marais où de nombreux oiseaux échassiers barbottent. Seuls les hérons s’envolent à mon passage.

Il est 9h20, je fais un petit aller-retour pour voir comment se présente le Gois à marée haute puis poursuis mon chemin sur une autre piste cyclable toujours au milieu de marais. 

Sept kilomètres plus loin, j’arrive au port du Bonhomme et je repère une baraque proposant à la vente ou à la dégustation huitres, coquillages, langoustines…. Il est à peine dix heures, j’ai le temps de me rendre à Noirmoutier-en-l’Île et de faire le tour de la partie nord de l’île avant de revenir déguster des huitres.

La piste cyclable qui conduit à Noirmoutier-en-l’Île est revêtue mais longe la route où la circulation est très dense. Alors que je n’avais croisé aucun cycliste depuis mon départ, j’en rencontre beaucoup sur cette portion.

marais salants avant Noirmoutier-en-l’Île

Après une petite visite de la commune,

je repars en suivant des itinéraires fléchés vélos. Il y aura peu de vues sur la mer. Les routes passent au travers de pinèdes, entre des campings ou bien de nombreuses résidences secondaires inoccupées à cette période de l’année. Il faut quitter la route pour accéder aux plages. 

Ce ne sera qu’après l’Herbaudière, situé au nord-ouest de l’île que je retrouverai des pistes cyclables au milieu des marais. 

A partir de l’Epine, ce sont à nouveau des routes dans des zones urbanisées qui permettent de sortir de l’île. Je choisis donc de rejoindre le Gois par la même piste que celle empruntée le matin pour faire escale à la baraque à huitres repérée et circuler à nouveau dans la nature.

Casse-croûte de midi

Le Gois est complètement sec sur ses 3,8 km de long. Le revêtement n’est pas glissant mais les joints des dalles cimentées du début et les nombreuses zones pavées secouent tellement le vélo que je rapatrie dans mon sac à dos le matériel photo stocké dans la sacoche de guidon. Tout le long du Gois des voitures sont garées sur le sable et de nombreux pêcheurs à pieds remplissent leurs paniers. Il y a peu de circulation et la traversée ne dure pas longtemps, le vent contraire du matin s’étant calmé.

vue sur pêcheurs à pieds depuis le Gois

J’arrive à Beauvoir pas trop fatigué par cette étape plate sans sacoches mais avec toujours des symptômes grippaux. Je découvre sur mon téléphone des messages informant de plusieurs cas positifs de Covid chez les participants à l’assemblée générale de CCI. Je file à la pharmacie acheter un autotest qui se révélera positif avant d’être confirmé par un autre test effectué en pharmacie.
Je prends la décision d’interrompre mon voyage afin d’une part de me soigner et d’autre part éviter de fréquenter des lieux publics alors que je suis contagieux. Je contacte Inter Mutuelles Assistance qui organise mon rapatriement.

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams les commentaires sont publiés après modération.

Voyage 2-2022 : étape 17 — Mercredi 01 Juin Clisson (44)  →  Beauvoir-sur-Mer (85)

Étape précédente

Voyage 2-2022 : étape 19 — Vendredi 10 Juin Challans (85)  →  Chauché (85)

Étape suivante