Voyage 2023 : jours 11 et 12 — Samedi 10 Juin

Saint-Émilion (33)  →  Duras (47) Onzième étape
Distance 47 km
Dénivelé 460 m
Départ 8 h 30
Arrivée 12 h 20
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Vendredi 9 juin

Alain Dabé, mon routeur météorologiste de Castelnau-de-Médoc qui était resté à terre ces derniers jours tandis que je naviguais vers des terres inconnues à bord de ma randonneuse Cattin avait tout bon : il est tombé de fortes pluies entre 10h30 et 14 h. J’ai donc bien fait de lui faire confiance et de faire escale une journée à Saint-Emilion.

Vers 11h, Alain accompagné de Christine est venu me chercher pour une visite, un peu plus approfondie que celle d’hier, de Saint-Emilion et de ses environs. La visite sous une pluie battante ne m’a pas incité à sortir l’appareil photo. Je me suis contenté de faire des clichés avec mon téléphone.

Après cette visite un peu écourtée, nous avons mangé dans un restaurant des mets originaux et succulents accompagnés évidemment d’un bon vin du cru.

Vers 16 h, après m’avoir fait visiter les environs de Saint-Emilion, Christine et Alain m’ont déposé à mon hébergement et sont rentrés chez eux. Ils ont parcouru 140 km aller-retour rien que pour partager un moment de convivialité. Je les remercie chaleureusement.

Samedi 10 juin

Lance Armstrong, Marco Pantani, Jan Ulrich étaient de petits joueurs… S’ils avaient utilisé les mêmes produits dopants que moi, ils n’auraient eu aucun ennui tout en conservant leur palmarès. Transfusions au Margaux puis au St-Emilion, canelés bordelais donnent des jambes de feu ! Les Taudin’s et Dabé’s m’ont bien ravitaillé en canelés. J’en ai encore pour plusieurs étapes.

Il fait 22° au départ et le ciel est en train d’évacuer ses derniers résidus nuageux. Je contourne Saint-Emilion pour passer au bas du village. Je prends une petite route de plaine, toujours au milieu des vignobles de cette appellation. Elle évite la grande route entre Libourne et Castillon-la-Bataille. 

Après 15 km, j’arrive à Castillon-la-Bataille. Le 17 juillet 1453, l’armée du roi de France Charles VII se heurte à une armée anglo-gasconne sur les bords de la Dordogne, près du village de Castillon. Cette bataille se solde par la victoire des Français sur les troupes du roi d’Angleterre et met fin à la Guerre de Cent Ans.

Je franchis la Dordogne.

la Dordogne et Castillon-la-Bataille

J’ai encore une dizaine de kilomètres faciles avant de rencontrer un parcours beaucoup plus valloné. Quelques montées sont assez longues mais guère pentues. Je suis toujours au milieu des vignes mais elles ont changé d’appellation : Entre-Deux Mers puisque je suis à nouveau entre la Dordogne et la Garonne mais aussi des appellations Bordeaux supérieurs du côté de Ste-Radegonde.

Peu avant Duras, je roule quelques kilomètres sur un plateau encore au milieu de vignes mais j’ai changé de département (le Lot et Garonne) et les vins ont l’appellation Côtes-de-Duras. 

J’arrive, peu fatigué, sous une forte chaleur, très tôt à Duras où j’ai prévu de faire étape car il n’y a ni campings avant une soixantaine de kilomètres, ni hébergements à des prix corrects. Les deux campings de Duras sont fermés : l’un définitivement et le camping municipal lui n’est pas encore ouvert. Je prends une chambre dans un bel hôtel mais à un tarif abordable. Cela me laisse le temps de visiter cette petite cité.

Je commence par me rendre au château ( XIIe au XVIIe siècle)

Puis fait un petit tour en ville avant de me restaurer.

Marguerite Donnadieu a publié son premier roman Les Impudents en 1943. Elle l’a signé du nom de Duras, le village où se trouve sa maison paternelle même si elle y a très peu vécu.

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams, les commentaires sont publiés après modération.

Yvette Gerolami dit :

Merci pour les commentaires qui m enrichissent toujours et tes photos toujours aussi belles.
Attention à la ligne avec toutes ces bonnes choses.
amitiés
yvette

sandrine dit :

Coucou Reg
toujours de très belles photos et descriptions, mais pour ce périple 2023 j’ai l’impression que tu te fais plaisir côté repas et vins.
Si c’était une virée gastronomique on aurait pu t’accompagner. Attention pour les cols de fin de parcours
bisous
Sandrine

Carmen dit :

Voyage épique ou rien

… idée de titre pour cette conquête des derniers BPF. Rires.

Quelles sont belles tes photos, qu’elles sont belles!

Tu nous régales, Régis! Entre tes photos, les canelés, autres spécialités et crus locaux si toi tu en baves avec le dénivelé, nous, on bave !!!!

Les derniers cols ne seront pas trop méchants. En Tarn-et-Garonne il n’y en a qu’un. Il a oublié de monter!

Aimé Galdin dit :

Photos toujours aussi magnifiques et soignées ! Un vértitable régal.
Est-ce que par hasard tu n’aurais pas suivi une formation photographique ?
Je me répète : je suis preneur pour alimenter la photothèque fédérale.

Christine de Peyresourde dit :

Bonjour Régis
De retour d’une quinzaine cyclo en Provence et notamment dans le Lubéron, je prends connaissance de ton voyage.
Profite bien de notre belle région Aquitaine et fais nous rêver.
Bonne route

Dabé dit :

Bonjour REGIS, preux chevalier qui parcours de vallons en vignobles notre belle Aquitaine!
Ton routeur favori est un peu circonspect pour la suite du parcours: aujourd’hui et demain lundi, tu peux passer entre les gouttes, par contre mardi les épisodes orageux commencent tôt. La “descente” vers Cahors risque d’être humide..Tu pourras t abriter sous le pont Valentré!!..Bonne route mon ami. Bises de Christine!!

Fanfoué de la Motte dit :

Hello Régis, j’ avais oublié que Marguerite s’ appelait Donnadieu, mais je trouve un peu Duraille le choix d’ un nom de pinard comme nom de plume! Quoique Chignin ou Apremont ne manquerait pas d’ allure ?! Je ne sais pas comment tu fais pour continuer ta progression en ces lieux de production de nectars, je pense que les sartos ne doivent pas courir les vignobles, ou bien que la poursuite des BPF te maintient dans le droit chemin! En tout cas, on voit que tu consommes peu, vu la qualité des photos! Bien loin de tes savantes références historiques, je me suis contenté de suivre la prise de la Bastille par un freluquet danois ( si si !). Tu vas voir qui va encore nous niquer le Tour de France! Ah là là! on va encore devoir attendre le successeur de Bernardino! Ceci dit, Brahim, les Italiens viennent de gagner à nouveau au Mans, avec Ferrari, s’ il vous plait, cinquante-huit ans plus tard! Ben mon Joko, Vitch alors! Bon Géris, je lirai la suite de tes esploits domani, perque à l’ ordinatoure, je ne suis pas rapido! Allez tchao!

Fabrice dit :

Genial,
Bravo et merci pour cette belle histoire de France.
Photos au top comme les plats qui accompagnent le photographe chevronné que tu es.
Très plaisant tes commentaires.
belle continuation,,avec un surplus de calories.

Voyage 2023 : jour 10 — Jeudi 08 Juin Sainte-Croix-du-Mont (33)  →  Saint-Émilion (33)

Étape précédente

Voyage 2023 : jour 13 étape 12 — Dimanche 11 Juin Duras (47)  →  Beaumont-du-Périgord (24)

Étape suivante