Voyage en Bretagne : jour 6 — Dimanche 10 Avril

Meslan (56)  →  La Palais Belle-Île-en-Mer (56) Sixième étape
Distance 81 km
Dénivelé 600 m
Départ 8 h 35
Arrivée 16 h 30 (au port) 18h15 à Belle-Île
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Serge, l’Agenais, l’avait prédit  il fait froid au départ (2°) et les prés sont recouverts de gelées blanches.
Comme prévu, l’essentiel du relief se situe dans les trente premiers kilomètres. Les jambes tournent bien et j’arrive sans grande fatigue à Hennebont. C’est dimanche, je croise de nombreux cyclistes soit en peloton soit roulant seuls. Ils roulent tous très vite dans cette terre de Bretagne qui a donné vie à beaucoup de champions. Aucun, ne salue le “cycloclodo” avec ses sacoches sauf autour de Plouay où j’ai droit à un petit signe amical chaque fois que je croise l’un de ces coursiers.

campagne verdoyante avant Plouay

A partir de Hennebont, je m’attendais à une fin d’étape facile mais c’était sans compter sur Eole qui s’est malicieusement mis à contrarier ma progression. 

Durant cinquante kilomètres, j’aurai le vent de face.
A Plouhinec, je pensais rejoindre le bord de mer puis prendre un bac et arriver à Etel comme je l’avais fait lors de mon tour de France, mais Philippe, Cent Coliste de Vannes, m’avait informé que le bac ne fonctionne qu’à partir du mois de mai. 

Peu avant Erdeven, je choisis aussi de raccourcir un peu mon étape. Je n’avance pas vite à cause de la fatigue et du vent et j’ai peur de louper le bateau si je privilégie ensuite la côte sauvage sur la presqu’île de Quiberon. Je prends donc la D781, route rectiligne sans intérêt mais qui est très calme ce dimanche pour rejoindre Sainte-Barbe où Philippe m’a indiqué une piste cyclable qui permet de rejoindre directement la presqu’île en évitant la circulation intense de la D768.
J’ai un peu de mal à trouver la piste, atterrit deux fois dans des chemins avant qu’une cyclotte ne me remette sur la bonne voie. J’arrive ainsi directement sur la piste cyclable longeant la route à grande circulation d’accès à Quiberon. 

Je suis la piste pendant sept kilomètres avant de bifurquer et prendre la route de la côte sauvage. C’est dimanche, ce sont les vacances de la zone bretonne et la circulation est intense. Les routes ne sont pas très larges et certains automobilistes ne sont guère patients pour me doubler. Lors de mon tour de France, le 8 juin 2011, je n’avais eu aucune circulation sur cette même route.
Je fais de multiples arrêts photos ce qui me permet de récupérer un peu car la moindre petite bosse est douloureuse à passer.

Au bout de 80 km, je vois enfin le château Turpault situé au bout de la presqu’île tout près de port Maria où je dois prendre le bateau. J’arrive au port à 16h30 pour prendre le bateau de 17h.

château Turpault

Pour la traversée, je suis frigorifié. Je me réfugie à l’intérieur du bateau et n’ai pas le courage de sortir photographier le départ de Quiberon et l’arrivée à Belle-Île. Peut-être au retour…
L’hôtel étant situé juste en face du débarcadère, je m’y engouffre rapidement pour prendre une douche réconfortante avant d’aller dîner dans un restaurant sur le port (encornets, moules au menu). Etant très fatigué, je décide dès mon entrée dans l’hôtel de rester un jour de plus sur l’île afin de prendre une journée de repos.
Je pensais la prendre avant de faire le tour de l’île à vélo mais les prévisions météo m’incitent à rouler plutôt lundi.

La vidéo du parcours de l’étape

En fonction de votre navigateur vous avez la possibilité de contrôler les paramètres de la vidéo soit avec un clic droit de souris (Firefox) en survolant la vidéo soit à l’aide des commandes en bas à droite du lecteur (chrome…).

La vidéo de la traversée

Vidéo générée par l’application Relive

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Afin de limiter les abus et les spams les commentaires sont publiés après modération.

georges brun dit :

Merci Régis pour toutes ses belles photos magnifiques, je ne connais pas la Bretagne à vélo, mais je pense que c’est une belle région, ce n’est pas tout plat.
Bonne route et courage

Joël ET Véronique Thierry dit :

bravo et merci pour les photos ! ma préférée est la première : la campagne avant Plouay , quelles belles couleurs !
Véronique

yves bochent dit :

demat Régis,
avec ce parcours et tes expériences en terre bretonne tu mérites d’être adopté par ce pays.
bonne suite pour ton voyage. Yech ad mat
Kenavo.

Bijot Denis dit :

Salut Régis, un petit mot pour te soutenir, pas de chance au niveau de la météo, mais je vois que tu as de la persévérance,
il en faut pour être cycliste au long court comme tu es, je rentre d’un séjour (pas avec le vélo) sur la presqu’île de Giens,
temps plus clément qu’à Quiberon!!
A bientôt en Savoie.

Eliane Barbier dit :

Coucou Régis,
comme dab tu nous régales avec tes photos et tes commentaires, j’ai essayé de t’appeler dimanche pour te féliciter ,alors à ce soir;

REMOND dit :

Le temps s’est bien amélioré mais le vent est toujours là surtout que la prochaine météo annonce pluie ce jour et retour du vent d’est avec belles températures pour ton retour dans les terres.

Je pensais que tu aurais fait la côte sauvage qu au retour en rejoignant Ste Anne d Auray et avant Carnac.

Profites bien

Didier

Régis Paraz dit :

J’ai fait la côte sauvage à l’aller car j’essaye dans tous mes voyages (Corse, Belle-Île, Quiberon…) d’avoir toujours la mer à ma droite afin de pouvoir surplomber et mieux voir les criques, anses, rochers…

Voyage en Bretagne : jour 5 — Samedi 09 Avril Huelgoat (29)  →  Meslan (56)

Étape précédente

Le tour de Belle-Île-en-Mer — Lundi 11 Avril Le Palais Belle-Île-en-Mer (56)  →  Le Palais Belle-Île-en-Mer (56)

Étape suivante