Jour 39 — Jeudi 27 Juin

Seigy (41)  →  Mer (41) Dernière étape
Distance 86 km
Dénivelé 300 m
Départ 6 h 15
Arrivée 11 h 55
Distance totale: 85.61 km
Altitude maximum: 119 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Encore un départ très matinal afin d’une part échapper le plus possible aux grosses chaleurs annoncées et d’autre part m’avancer sur la route du retour à la maison. J’ai prévu de faire une halte car ce ne serait pas prudent de conduire pendant six heures après une longue étape à vélo.

Je suis parti en bord de Loire, je la retrouve quarante jours plus tard…

(Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite du lecteur vidéo. Elles apparaissent en survolant la vidéo à la souris)

Avant de parler de l’étape, revenons à hier soir. Luc est passé me chercher au camping et m’a emmené à Saint-Aignan pour une visite du château, de la ville et de la collégiale. Il faisait encore très chaud à dix-neuf heures mais c’était plus supportable qu’en début d’après-midi.
Après cette visite, nous sommes allés au restaurant. Le repas était bon et le cot de Touraine a été une découverte. (le cot est l’appellation locale du cépage malbec bien connu dans la région de Cahors.)

Pas de cerbère irascible pour empêcher l’accès au château. Le château est privé mais les propriétaires laissent l’accès libre à l’esplanade.

château de Saint-Aignan
château de Saint-Aignan

La collégiale étant ouverte jusqu’à vingt-deux heures, nous allons y prendre le frais.

Maintenant place au déroulement de l’étape du jour. Comme le jour précédent, il fait 22° au départ mais la température va s’élever progressivement et beaucoup plus vite qu’hier. Il n’y a pas beaucoup de bosses et la moyenne roulée est beaucoup plus élevée que celles de toutes mes étapes précédentes. Je ne m’arrête pas pour prendre de photos car il n’y a rien d’original dans le paysage mais, c’est aussi pour essayer d’avancer avant la chaleur.

J’arrive à Romorantin-Lanthenay, site BPF, vers 8H30 et j’ai déjà effectué presque la moitié de l’étape. Comme souvent, je vais dans une boulangerie acheter mon pique-nique de midi et faire tamponner ma carte BPF. Alors que je m’apprète à payer, la boulangère refuse, sans raison, de tamponner ma carte. Je lui dis que c’est la première fois que j’essuie un tel refus en lui montrant d’autres tampons de boulangeries. Pour finir, je lui laisse la marchandise qu’elle avait déjà emballée et repars. J’ai trouvé une autre boulangerie dans la ville où j’ai pu acheter mon casse-croute et obtenir gracieusement le tampon.
Je ne m’attarde pas à Romorantin car son intérêt c’est sa situation géographique au cœur de la Sologne. Je file à toute allure sur de grandes lignes droites monotones bordées d’arbres. Je profite ainsi de l’ombre et d’une ventilation liée au déplacement. La température n’excèdera pas 32°. Je fais deux haltes perrier-menthe dans des cafés et en profite pour chaque fois faire le plein d’eau fraiche dans les bidons. C’est à l’arrêt que je me rends vraiment compte de la chaleur.

Je contourne les murs d’enceinte du domaine du château de Chambord et c’est là, à neuf kilomètres de l’arrivée, que j’ai ma plus grosse frayeur du voyage. Un semi-remorque me dépasse, sans respecter l’espace légal de sécurité et je suis bien secoué par le souffle.
J’arrive à Mer pour récupérer ma voiture laissée chez Joëlle et Jean-Pierre. Joëlle a la délicatesse de me proposer des boissons fraîches et de prendre une douche avant que je  reprenne la route de la maison.

Avec la climatisation dans la voiture, le voyage retour est confortable. Le thermomètre affiche 40° dehors. Les départs matinaux des derniers jours occasionnent des endormissements qui m’incitent à multiplier les pauses et c’est à Riom en Auvergne que je décide de m’arrêter.
Voilà encore un beau projet de réalisé et toujours aussi riche en rencontres, en culture. Cette année ce ne sont pas les paysages (hormis le littoral de la Manche et la Baie de Somme) qui m’auront marqué mais c’est plutôt l’Histoire de France qui a été le fil rouge de ce voyage. Comme l’an passé les grandes rivières ou fleuves (Loire, Eure, Aisne, Somme, Seine, Orne, Mayenne, Cher, Indre) m’ont permis d’affiner mes connaissances géographiques.

A l’année prochaine, pour un voyage dans l’ouest et le centre-ouest…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hubert dit :

Salut Régis,
Je suis admiratif.
Je ne suis pas un adepte du vélo chargé comme une mule car j’aime le vélo qui permet de papillonner (”Voici des ailes”, Maurice Leblanc, 1898) et je vois aussi les limites du vélo-mule : difficile de faire un détour pour un belvédère, un panorama élevé, comme de choisir un beau chemin car il serait trop escarpé. De même, je connais les limites du cyclisme que je pratique et qui nécessite l’usage (modéré) de la voiture.
Je suis admiratif car tenir 40 jours sur un vélo m’est totalement impossible. Je viens de partir 13 jours pour des sites BPF en Bretagne et je suis très heureux de rentrer chez moi (malgré la beauté des sites de bord de mer et mon enthousiasme pour certaines découvertes) pour pratiquer d’autres activités que, tous les jours, celle de rouler. Au bout de quelques jours, la lecture me manque, notamment. Et l’ennui me gagne de répéter tous les jours les mêmes gestes depuis la préparation du départ jusqu’à la clôture de fin de journée.
Tu me disais ne pas envisager de parcourir un Paris-Brest-Paris par crainte de l’ennui. Que nenni ! Si tu peux passer près de 4O jours sur ton vélo sans en être blasé, tu n’aurais aucune difficulté à rester moins de 4 jours sur un vélo, léger. D’autant qu’il y a une multitude de contrôles et donc d’occasions de rencontres, brèves mais multiples, et l’accueil chaleureux des Bretons – pas le temps de s’ennuyer. Aucunement.
Je suis admiratif car, moi qui ne suis pas spécialement intéressé par cette pratique, j’ai fini par attendre tous les soirs ton compte rendu de la journée. Cela m’a vraiment surpris et étonné. Pourtant, ton commentaire reste neutre – tu ne t’enthousiasmes pas – et surtout informatif quant à la météo rencontrée et aux données relatives à la géographie et à l’histoire, égayé par quelques anecdotes. Certes, il est bien équilibré, concis et finalement séduisant.
Voilà ce que j’avais à te dire, mon admiration pour ta façon d’avoir mené à bien ce long périple.
Bien amicalement
Hubert

Régis Paraz dit :

Bonjour Hubert,

C’est vrai que le vélo chargé a ses limites notamment pour les visites (escaliers, peur du vol, fatigue supplémentaire..). Pour Paris Brest Paris c’est une relation avec le temps qui passe. En voyage j’ai le temps de rompre la monotonie en récupérant, campant avec tout ce qu’il y à faire, écrivant, rencontrant… La journée passe ainsi très vite.
En ce qui concerne la lecture j’avais ma liseuse avec un certain nombre de bouquins à l’intérieur.
Quant à l’enthousiasme, c’est un peu dommage que je ne l’aie pas exprimé plus fort : des rencontres, la Baie de Somme, le familistère de Godin… furent des moments qui m’ont profondément marqué et …enthousiasmé.

ratabouil dit :

Super Régis,

Quel plaisir de découvrir une partie de notre France, qu’on aime tant. Chaque matin, dès le déjeuner avalé priorité à notre rituel pour découvrir ton compte rendu de l’étape de la veille.

Un florilège d’informations historiques, de photographies et de clins d’oeil le long des cours d’eau, au travers des cultures vivrières, et de grands espaces colorés.

Bravo pour tes nombreuses et diverses rencontres, témoignages de la bonté des gens rencontrés.

Je ne peux omettre le côté gourmand de ton périple, avec des mets et des vins qui font saliver.

Au final pour ma personne condamnée à une mobilité réduite, un grand merci pour cet extraordinaire bol d’oxygène.
Un grand merci et toute notre amitié.

Faivre Bernard dit :

Bravo et Merci Régis pour ce beau feuilleton journalier, textes et photos!
Bien amicalement,
Bernard

Galambaud dit :

Merci Régis pour tous les commentaires sur ton voyage itinérant. Bon repos.
Jean-Paul

Willy Tierens dit :

Félicitations avec ton voyage !!!

Nous serons aussi au séjour à St. Dié.

A bientôt

Willy et Brigitte

Jep Cancé dit :

Bonjour Ami Régis,
Me voila de retour à MER ce samedi 29 juin 2019.
Il faudra, lors d’un prochain voyage en Val de Loire que je te fasse visiter Romorantin car il y plein de choses à voir, c’est une ville d’histoire : François 1er et la Reine Claude…
Quant à la boulangère, tu as bien fait !
Amitiés et au plaisir.

Régis Paraz dit :

Ok pour une visite de Romorantin.

MORISSET Jean-Claude dit :

Bonjour

Comme l’an dernier, je suis votre périple, merci au géographe qui nous fait découvrir l’envers du décor.

Perso suis randonneur, un peu différent
une petite question, vos photos avec un excellent appareil ou smartphone

La présentation de votre blog est ouverte, bravo !

Bon retour à la vie ordinaire
et au plaisir de suivre la saison 2020

Belle journée
amitiés

Jean-Claude

http://www.jclmorisset.fr

Régis Paraz dit :

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Les photos sont réalisées à partir d’un appareil photo numérique Sony -dsc-hx90v

Serge POLLONI dit :

Bonsoir mon petit Régis,

Un voyage, semble-t’il bien mené.
Je t’ai, évidement, suivi tous les jours ou presque.
Encore bravo de nous faire revivre certains lieux où nous sommes déjà passé; ça ravive la mémoire des vieux comme moi.
Prochain RDV St Dié, je suppose ?

A bientôt pour une bonne mousse
Polo

mayet dit :

Bravo et merci pour ta maîtrise des nouvelles technologies qui nous a permis de te suivre. Récupère bien et au plaisir de te retrouver à St Dié.
Arvi.

DEVILLE dit :

aussi assidu et talentueux sur le vélo que devant le clavier. Bravo et merci aussi pour les photos

Jean

ROCHE Claude dit :

Bon résumé de ce voyage, de bons souvenirs et la boite à images pleine, et bien de belles rencontres avec les copains.
Mauvais souvenir…la boulangère de ROMORANTIN!!
A bientôt;
Claude

Mario dit :

Bonjour Régis et bravo pour cette nouvelle édition de tes VI. Je n’ai pas été bavard sur ton blog, mais comme tu sais je lis toujours assidument ton blog, que j’attends avec impatience chaque jour.

Plutôt impressionnant lorsqu’on fait les grands totaux de tes 6 grands voyages en commençant par le Tour de la France :

– 20 595 km, soit Paris-Saigon-Paris à vol d’oiseau.
– 219 649 mètres de dénivelée positive, soit 63 ascensions de l’Everest depuis le camp de base.
– 264 jours de vélo.

Mais bien sûr ce qui est encore plus remarquable c’est la façon dont tu partages non seulement le paysage par les photos, mais les émotions, péripéties, anecdotes, ressentis et rencontres au cours de ces voyages. Ce n’est pas évident de consacrer le temps requis pour télécharger la trace, choisir les photos, et pondre un texte toujours bien fait, après des journées pas toujours faciles et des météos souvent contrariantes.

UN GROS MERCI DE NOUS AVOIR FAIT PARTAGER TON VOYAGE ENCORE UNE FOIS

JEAN MARTIN dit :

Bravo Régis et merci pour tes récits et superbes photos. A bientôt a Saint Dié et un petit Repos mérité avant d’attaquer les cols vosgiens Bises Marie France et Jean

Yvette GEROLAMI dit :

Il n y a qu un mot à dire : BRAVO !
Et encore merci pour ces reportages
Amitié
Yvette G CCC 5858

Pierre et Christine dit :

Bravo Régis,
Félicitations pour ce beau parcours et bon retour en Savoie.
Nous t’attendons de pied ferme la semaine prochaine.
Bises
Christine et Pierre

Poty dit :

Bravo pour ce projet réalisé non sans un climat parfois éprouvant.
Bon atterrissage dans la vie normale
Bises
Nicole

Poyer Alex dit :

Bonjour Régis,
Des forteresses médiévales aux châteaux de plaisance, des abbayes aux simples églises, du site de la bataille de Crécy à la clairière de Rethondes en passant par le familistère Godin de Guise tu as ravi les amoureux du tourisme historique et ce d’autant plus que tu accompagnes ton texte de photos magnifiques. Le patrimoine naturel n’est pas plus oublié. Non le cyclotourisme n’est pas mort! Ton voyage en est un magnifique exemple.

Bravo et bel été à toi.

Pierrette et Alex

Jean Perdoux dit :

Bravo Régis. Tu es un bon.
Bon cyclo, bon photographe, bon narrateur…
Récupères-bien.
Amitiés

Anne Lonjaret dit :

Beau parcours culturel en effet. Et quant aux paysages, je suis d’accord, les photos montées étaient assez mornes.
BRAVO !

Grante Paul dit :

Bravo Régis et toutes nos félicitations .
Tu nous as tenu en haleine tout au long de ton périple . Tes commentaires journaliers , tes belles et nombreuses photos nous ont rappelé la richesse, l’histoire et la beauté des régions traversées (bonnes révisions en cette période d’examens).
Avec tout ton chargement de bagages que de courage et de ténacité pour affronter et t’adapter aux conditions météo variées : pluie, froid, vent, chaleur et même la canicule, il ne manque que la neige .
Incroyable cette boulangère ! Tu as eu la bonne réaction .
Les 3 journalistes du Mortainais qui t’ont interviewé t’ont-ils transmis leurs articles ? sinon je le ferai .
Maintenant place à la récupération amplement méritée .
A bientôt sur les routes des Vosges .
Amitiés
Paul et Annick

Régis Paraz dit :

Bonjour Annick et Paul

Non, les journalistes ne m’ont rien envoyé. Je suis preneur de leurs articles et photos.

Encore un grand merci pour votre accueil et à bientôt dans les Vosges.

THIERRY Joël et Véronique dit :

Bravo Régis pour ton périple et ton super reportage dans la belle France.

Bon repos et surtout ne stresse pas trop pour la remise de la médaille des sports c’est tout simplement bien mérité !

A bientôt sur les routes des Cents Cols …

Joël et Véronique

Gatet Marc dit :

Merci Régis pour tes belles photos et tes jolis comptes rendus.
Mais c’est pas tout d’y faire, faut récupérer.
Cordialement.
MG

Fabien dit :

Salut Régis, as tu lu l’histoire de Leonard de Vinci et ses projets pour Romorantin ? Incroyable cet épisode de la boulangère. Tu as eu raison de la laisser en plan avec sa marchandise.
Bon retour en Savoie !

Jean-Marc Lefèvre dit :

Bonsoir Régis,
Cette fois c’est le retour au bercail…
Bravo pour ce beau périple !
Au cours de ma quête des tampons BPF, j’ai eu la même mésaventure que toi, des refus, de tamponner ma carte, la dernière excuse qui me revient à la mémoire, “Le gars avait peur que je fasse du trafic à partir de son cachet” tu parles !!!
Bref, c’est bien pour cela que je milite pour des contrôles par photos !
Ceci dit, toi tu rentres à la maison et moi je pars demain matin pour faire deux Rayons du Métro “PARIS REIMS PARIS et PARIS CHAUMONT PARIS” je pense que je vais avoir chaud !!!
Bon retour chez toi et au plaisir d’une prochaine rencontre.
Et pense à nous donner le bilan de ton voyage (KM, dénivelé, crevaison, etc…).
Amitiés,
JM

Régis Paraz dit :

Zéro crevaison. Pour des données chiffrées il faut aller sur la page du parcours. Au sommet de cette page il y a le kilométrage total (2759 km) la dénivelée totale et un lien vers un tableau de données.

Jean-Robert Chauvot dit :

Bravo Régis,

Le feuilleton “Môda chu l’vélo” va nous manquer. Ce fut un plaisir, quotidiennement renouvelé, de te suivre dans ta chasse aux BPF.
Merci d’avoir consacré autant de temps pour rédiger tes articles agrémentés de nombreuses et belles photos.

Au plaisir de te lire l’an prochain.
Josée et Jean-Robert

Daniel Beaujoin dit :

Bravo pour ce beau voyage très touristique !

Amitiés
Daniel

Breton Jean-Yves dit :

Bravo Régis,
Voyageur en quarantaine qui pour finir son périple met pied à …Mer.
Ainsi la boulangère aurait pu dire: ” je m’en tamponne…..”
Pas obligé de vérifier de visu, non plus.

Restant à l’ombre, je n’ai que l’embarras du choix pour satisfaire ma curiosité mise en appétit par tes photos et commentaires tout au long de ce nouveau voyage.

Bernard Quénèch'du dit :

Salut Régis,

Félicitations à toi pour ce magnifique périple ainsi que pour les reportages quotidiens agrémentés de belles photos.
Décidément, au niveau météo cela aura été le grand écart entre le début du voyage et la fin de ce dernier.
Manifestement la version contrainte en 12 vitesses du Rohloff n’aura pas été trop handicapante…
J’ai vu que tu faisais la une de la Manche Libre “Mortain. Régis Paraz, l’homme qui a franchi 3 000 cols”, malheureusement impossible de parcourir l’article qui est réservé aux abonnés (cala dit il y a la photo..).
Reposes toi bien et bon retour à une vie “normale”.

@+ Bernard.

Jeanne Marc et Brigitte dit :

Bravo Régis et bonne récupération.Le feuilleton de l’été est maintenant terminé….vivement la saison prochaine …

victor dit :

en résumé, pas de crevaison, pas d’accident (alerte le dernier jour tout de même), pas de pépin de santé. Et un temps globalement de saison. On se dit toujours lorsqu’on part, on n’est pas sûr de revenir, entier ou pas du tout; ce que j’ai toujours pensé à l’orée de toutes mes pérégrinations de deux ou trois semaines…
bravo donc pour cette épopée que bien peu de gens tentent de nos jours, et qui est assurément une manière d’approfondir la connaissance d’un pays, de soi et des autres (encore semble-t-il que certaines rencontres fussent du genre incongru, tu l’as redit pour ta dernière étape)
récupère bien et profite de ta forme qui doit être au top!

Pitbull dit :

Bravo Régis, je n’en attendais pas moins de toi,
touS tes commentaires ont été passionnants,
maintenant tu vas pouvoir reprendre du service à l’éducation nationale, nos chérubins en ont bien besoin…
Merci de nous avoir permis de t’accompagner virtuellement;
Salut l’artiste et…
A+

Fred dit :

Bravo Régis !
Encore le plein de souvenirs pour toi.
On t’attends à Brest l’année prochaine ?

Régis Paraz dit :

Bonsoir Fred

Brest j’y suis passé dans mon tour de France. Ce sera plutôt Vendée Charente…

Jean Roger dit :

Bravo, Régis, chaque jour, te suivre était un moment très agréable. Tu es passé aujourd’hui pas très loin de Contres, le village de ma grand-mère, cycliste émérite, décédée l’an dernier à 108 ans.
Nous attendrons l’an prochain la suite de tes aventures.

GARCIN dit :

Bonsoir Régis,

– Depuis ton départ, concerts de louanges pour toi auxquels je m’associe amplement.
– Bravo pour tes exploits de cycliste et de reporter. Chargé comme une mule, il faut de la ténacité pour vaincre les bosses, la chaleur, le vent, la pluie, les aléas…
– Chaque jour tes photos et ton ressenti ont capté mon attention et réveillé quelques bons souvenirs de BPF.
– Heureux d’avoir encore pu te rencontrer dans ta quête des BPF et t’accompagner sur nos belles routes de France.
– Ensemble un bon moment à table aussi, chez un couple des Hauts-de-France centcoliste de mon club, qui fête cette année 50 ans d’existence :
50 ans au CCVSP : https://www.ccvsp.fr/

À bientôt à st Dié,

Guy

Jour 38 — Mercredi 26 Juin Chisseaux (37)  →  Seigy (41)

Étape précédente