Mon tour de la France — Projet

C’est un projet qui datait de plus de vingt ans mais qui avait été mis en sommeil.

Une rencontre avec Michel Gasparini  4 ou 5 ans auparavant chez Veloland Chambéry avait réactivé ce projet. Michel avait effectué un tour de la France de plus de 7000 km en le traçant au plus près des côtes et des frontières. Il m’avait envoyé un dossier qu’il avait monté et j’ai moi-même ensuite tracé le parcours avant de le comparer au sien. Nos deux parcours étaient quasi identiques. J’ai modifié ensuite quelques étapes en choisissant parfois de passer à l’extérieur des frontières pour les longer d’encore plus près.

Mon parcours a fait plus de 7500 km avec une visite de la presqu’île de Quiberon, des îles de Ré et d’Oléron et des 8 coins de l’hexagone 😉 😉 : Lauterbourg, Dunkerque, Cap de la Hague, Pointe du Raz, Hendaye, Cerbère (col des Balitres), Menton et St Gingolph.

Je m’étais mis dans l’idée de réaliser ce tour d’une traite mais sans délais de temps, en ne découpant aucune étape par avance. Me lever le matin et m’arrêter quand j’en aurais assez, prendre le temps de visiter. C’est un tour qui a donc duré presque 3 mois comme prévu. (87 jours, 5 jours de repos et 82 étapes)

Au départ, je pensais partir quelques jours après mon départ en retraite mais cela m’aurait obligé à rouler sur des routes de côtes surchargées l’été. Un départ après le 15 Août m’aurait entrainé jusqu’en Novembre. Le départ a donc eu lieu fin avril 2011 et m’a imposé un tour dans le sens anti horaire. En effet, étant Savoyard je suis parti au plus près de chez moi et un tour dans l’autre sens à cette époque n’était pas possible car les cols de l’Iseran, Galibier, Izoard et Bonette étaient fermés. L’intérêt de le faire dans le sens où je l’ai réalisé c’est d’avoir la mer toujours à  droite et de pouvoir ainsi avoir de jolies perspectives sur les criques ou rochers lorsque on roule au bord de côtes découpées.

On m’avait dit que dans ce sens là le vent était plus défavorable mais je n’y ai prêté guère attention car quand on fait du vélo on a toujours l’impression que le vent nous est défavorable !

La préparation

J’ai réalisé un premier tracé sur cartographie numérique pendant l’hiver 2008-2009 afin d’avoir une idée du kilométrage total, du temps approximatif qu’il me faudrait pour réaliser le tour et aussi du budget nécessaire à une telle entreprise.

J’ai commencé aussi à solliciter mes amis randonneurs au long cours pour qu’ils me donnent leurs conseils, leurs trucs ou astuces diverses pour réussir.

Au printemps 2010, j’ai passé beaucoup de temps pour l’étude et l’achat du matériel. Le choix du vélo a été long : adaptation d’un vélo acier avec lequel j’avais déjà réalisé quelques voyages itinérants d’une dizaine de jours au maximum ou achat d’une randonneuse avec la bagagerie plus adaptée à un long voyage ? J’ai finalement opté pour l’achat d’une randonneuse que j’ai fait fabriquer par Daniel Cattin artisan réputé à Crolles (38). Mes amis ont contribué à cet achat en alimentant une cagnotte pour mon départ à la retraite en juin 2010.

Premier essai de la randonneuse, fin juillet 2010 : ascension du col du Granier par son versant le plus raide en chargeant les sacoches avec des boules de pétanque pour simuler l’ascension des grands cols qui m’attendent et savoir si mes développements sont adaptés. Cela a été assez difficile mais pas assez pour me faire renoncer. C’est ensuite sur les routes d’Alsace et de Lorraine au cours d’un séjour et d’un voyage itinérant d’une semaine en compagnie de deux amis que j’ai fini de roder « la bête ».

Préparation - Tour de la France

Hiver 2010. Pour le tracé du parcours, j’ai acheté un d’un atlas routier qui sera sacrifié : je découpe les pages dont j’ai besoin et les numérote afin de ne pas avoir à partir avec un lot de cartes où seules de petites sections correspondent à mon parcours. Simultanément au tracé sur cartes papier et numérique, je fabrique un carnet de route sur tableur informatique où je note les n° de carte, les routes, intersections, altitudes et km. La moyenne pour tracer le parcours doit avoisiner les 50 kilomètres/heure !

Ce sont plus de 50000 clics de souris qui m’ont permis de tracer la carte du parcours qui est maintenant sur le site. L’avant bras devrait ainsi être suffisamment musclé pour pouvoir appuyer sur la poignée du frein

Le matériel

Une randonneuse en acier avec moyeu rohloff et moyeu dynamo shimano à l’avant. 4 sacoches étanches Vaude et une sacoche de guidon Ortlieb.

Randonneuse

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

magnier dit :

Bonjour,
je vous remercie beaucoup car j’ai largement recouru à vos données cartographiques pour préparer mon périple qui ne sera que côtier, de bray dunes (je suis dunkerquois d’origine) à Hendaye, d’une frontière à l’autre. Hormis ces deux points aucune étape n’est prédéfinie et c’est la forme de jour qui en déterminera la longueur. J’aimerais savoir s’il vous a été facile de trouver chaque jour un lieu où dormir (hôtel, chambre d’hôtes..) : réserviez vous la veille ou le jour même. Je compte le faire le jour même, vers 14/15h, à l’aide de mon smartphone via des sites comme viamichelin, chambres d’hôtes ou pages jaunes.
Merci de vos conseils nourris par l’expérience. Je vous souhaites beaucoup de beaux voyages à faire ouà rêver: la préparation est riche de sensations imaginées…
Salautations cyclotouristes
Christophe Magnier

Alex dit :

L’ensemble des cyclos yennois est avec toi pour ce tour de France.
Une pensée toute particulière dimanche 1er mai lors de notre Randonnée du Petit Bugey ou ta présence nous manquera.
Bonne route !!!

les cyclos de Yenne

Greffier Joël dit :

Moyeu rohloff , un banc d’essai grandeur nature,
Nous attendons tes impressions par rapport à un dérailleur + triple plateaux,

Merci de tes commentaires sur ce matériel.

Greffier dit :

Faire le tour de la France !! le pied, 40 jours pour boucler le tour de l’US Métro, 5400 km compris les détours pour les BPF.
Bon vent, je te suis sur ton site.

Un cyclo voyageur.

Thierry Labour dit :

Ben voilà, le projet est presque finalisé… quelques semaines encore et ce n’est plus sur le clavier mais sur les pédales qu’il va falloir appuyer…
Bravo et profite bien.
On te suivra… et qui sait peut-être pourrons-nous à un moment ou à un autre faire queqlues km avec toi!
Amitiés

Milou dit :

C’est toujours dans ce sens que tournent les athletes sur les pistes je n’ai jamais su pourquoi si tu connais la raison merci de me communiquer l’info
Le départ approche, ne laisse pas toutes les plumes à Ripoll

Bandiera dit :

tu dois être comme moi, un peu matheux , je tourne tjrs dans ce sens dit trigonométrique lors de mes tours du lac, du Léman, du ….
c’est curieux .
bonne route
claude

Bandiera dit :

Bravo
on va te suivre
claude Bandiera

Tandem Francine et Claude dit :

Et voilà, l’ego n’y résiste pas ! Être le premier ? Pour que les autres ne soient que des « au suivant » !
De toute façon, nous ne serons que des suiveurs, ravis de savoir que notre primus inter pares vit un truc hors du commun. Mais désolé que notre informaticien président champion de l’unité centrale privilégie les périphériques, et délaisse donc les hébergeurs de l’intérieur qui eussent été honorés et ravis de sa visite !

Bernard dit :

Il faudra aussi penser à la préparation physique spécifique (un peu de travail en salle de musculation) et psychologique (un fort travail d’introspection pour bien se connaître soi-même) et surtout le soutien de tous qui t’est déjà acquis.