Jour 32 — Vendredi 15 Juin

Les Ancizes-Comps (63)  →  Aubusson-d'Auvergne (63) Trentième étape
Distance 97 km
Dénivelé 875 m
Départ 7 h 35
Arrivée 17 h 50
Distance totale: 96.84 km
Altitude maximum: 887 m
Altitude minimum: 295 m
Denivelé total positif : 875 m
Cliquez sur Plen écran pour afficher la carte en plein écran

Ce matin, je plie la tente sèche mais le ciel est couvert. A peine parti depuis un quart d’heure je prends la pluie. Il fallait bien que ça arrive un jour. Pas de problème, je suis en montée et je n’ai ni trop chaud ni trop froid.

La vidéo du parcours de l’étape

(Possibilité de faire varier la vitesse de défilement de la vidéo en cliquant sur 1x en bas à droite du lecteur (0.75 recommandé). Pour afficher en plein écran cliquer sur les flèches en haut à droite)

Vidéo générée par l’application Relive, alimentée par Strava

Le paysage est beaucoup plus ouvert qu’hier, et je regrette ce mauvais temps qui ne permet pas de faire des photos lumineuses alors que c’est très beau. J’aurais volontiers échangé les conditions météo et les paysages avec la journée d’hier. Je m’arrête néanmoins sous la pluie qui forcit et tente quelques prises de vue.

paysage ouvert à 900 m d’altitude

Puis les choses se gâtent. La pluie redouble et j’attaque une longue descente sur Volvic. A ce moment-là, la pluie mélangée à la sueur me brûle fortement un œil puis l’autre.  Je suis obligé de multiplier les arrêts car je ne peux plus tenir les yeux ouverts. J’essaye de changer de lunettes, d’enlever les lunettes mais rien ne résout le problème. Je dois continuer à m’arrêter. Puis la poignée gauche de freins se ramollit de plus en plus, les patins de freins avant sont “morts” (le vélo avait été révisé cet hiver). Juste avant Volvic, je fais un dérapage sur la roue arrière mais arrive à éviter la chute.  J’arrive finalement à Volvic après une douzaine de kilomètres de descente et m’arrête dans un bar pour me réchauffer avec un chocolat chaud.

Hier, j’avais reçu un message de Didier Marty, un collègue Cent Cols qui se proposait de venir à ma rencontre. Je lui téléphone, il est à cinq kilomètres de Volvic. Je l’attends et il me dit qu’il y a un vélociste à Riom quelques kilomètres plus bas. Je profite de l’attente pour me changer et enfiler des vêtements secs. Il arrive au moment où la pluie s’arrête. Nous descendons prudemment à Riom et allons chez le vélociste qui en dix minutes change les patins de freins avant et règle ceux arrière. Il est près de midi. Nous passons devant une brasserie qui propose un plat du jour et décidons de nous y arrêter pour nous restaurer et surtout privilégier un moment de rencontre.

Nous repartons et roulons dans la plaine de Limagne d’où l’on aperçoit le Puy de Dôme.

vue sur le Puy de Dôme depuis la plaine de Limagne

Après plus d’une vingtaine de kilomètres de plaine nous arrivons à Lezoux.

l’Allier à Loze

La ville de Lezoux a été spécialisée, dès le Ier siècle, dans la fabrication et l’exportation de poteries et céramiques. Ses nombreux ateliers de céramique furent parmi les plus importants de l’époque romaine. Dans cette ville, il y a un musée de la céramique et trois potiers exercent leur talent. Didier Marty fait partie de ceux-là. Il me fait visiter son atelier et ses créations.

Didier et quelques créations

Il me paye un verre de kéfir. Je n’en avais plus bu depuis mon enfance et j’apprécie. Avant de nous séparer, il me suggère de changer mon itinéraire afin d’éviter deux côtes assez redoutables (surtout avec un vélo chargé) au prix d’une petite rallonge kilométrique.

Je suis ses conseil avisés et je rejoins Aubusson-d’Auvergne par une jolie petite route aux pentes raisonnables dans la vallée du Couzon. Je longe un petit moment le lac d’Aubusson mais il est caché par les arbres. J’aurai peut-être de meilleures perspectives lors de l’étape de dimanche prochain.

vieux pont sur le Couzon
chapelle près d’Aubusson-d’Auvergne

Malgré la longueur de l’étape, j’arrive encore en pleine forme. Si la journée a mal débuté, je n’en garderai qu’un bon souvenir tant la suite a été riche. En plus d’être un cyclo d’agréable compagnie, Didier, passionné par son métier m’a appris beaucoup de choses sur le travail de la poterie.

L’accueil au gîte des Quatre Vents a été chaleureux et j’ai dîné avec des cyclos d’Aix en Provence et de Normandie fort sympathiques. Demain, la journée de repos sera consacrée à la récupération et à l’entretien du vélo. Il n’y aura donc pas d’article ou photos publiés demain soir.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous te suivons chaque jour bonne fin de pérégrination . dit :

Nous te suivons chaque jour, mais Pas de commentaires pour en attester Bientôt la fin de cette pérégrination qui a permis de voir des lieux inconnus de nous.
A bientôt
Nicole (Poty)

Pitbull dit :

Encore bravo pour ta progression constante, tu mérites bien un jour de repos; au fait pour la concentration de maître Mabillot au lac du Bouchet comment tu vas faire, remarque le coin est sympa et il doit être bourré de cèpes en cette saison, tu auras le temps de les faire sécher ce sera moins lourd pour les rapporter en savoie…
@+

Maryse dit :

journée mouvementée mais repos demain, on t’attend en pleine forme. Maryse et Bruno

Metral dit Momo dit :

Salut Régis .
Régis ,BONNE fête arrosée ,c’est normal.Le dicton”à la saint Régis n’oublies pas de boire un Pastis si tu veux pas que ça pisse” .Je suis étonné que tu n’avais pas prévu,comme tu peux le constater on en apprend tous les jours.Bon repos et à lundi,si tu le veux bien.

victor dit :

le picotement incoercible des yeux lorsqu’il pleut, ou qu’on se crème le visage pour le soleil, je connais aussi, il faut attendre que ça passe, se frotter légèrement et baigner les paupières avec de l’eau (de fontaine ou de bouteille ou de bidon, pas de pluie!). Je ne connais pas l’origine du phénomène irritatif (réflexe intempestif de larmoiement, eau de pluie contaminée (c’est probable); la sueur pourrait jouer un rôle, là encore le mécanisme est inconnu. c’est un effet gaz lacrymogène like.
question au passage: as-tu connu des crampes aux jambes depuis ton départ, la pédalée longue et monotone (je veux parler du mouvement de pédalage) peut les favoriser, surtout s’il y a des bosses, de ce côté tu as l’air de bien te ménager!
bonne continuation en tout cas en zone hérissée de reliefs,
victor

Régis Paraz dit :

Non docteur

Aucune crampe depuis le départ

Chaurin Guy dit :

Enfin la pluie … y’a une justice !!! Bonne récupération .
@ + Guy

Fanfoué De La Motte dit :

Allo CR, on te charriait sur ton aptitude à passer entre les gouttes, mais on ne te les souhaitait pas, bien sûr. Par contre, tu as bien fait d’ écouter ton ami Marty, il vaut mieux rouler un patin que rouler sans patins. Bon, je l’ai faite, je n’ en suis pas fier, mais c’est dit, et c’ est pas pire que le cheval de l’Epine, nessepa? Ceci dit, malgré le mauvais temps ton reportage quotidien a toujours belle allure, et je compte, en temps que coach, te présenter au National Geographic. Bon, bien sûr, tes émoluments n’ atteindront pas ceux de CR7, qui en a mis trois ce soir, mais toi, en temps que CR tout court, tu pourras au moins te payer des patins neufs! allez, Géris, rigoal!

Jean-Marc Lefèvre dit :

Bonsoir Régis,
Tu as bien raison de faire étape au gîte des 4 vents, étape incontournable lorsque l’on se trouve à proximité. Bonne ambiance, repas extra, chambre sympa et prix modique, pourquoi se priver…
Bon vent pour la fin de ton périple.
Je suis à J-12 pour mon départ…
Amitiés,
JM

Jour 31 — Jeudi 14 Juin Évaux-les-Bains (23)  →  Les Ancizes-Comps (63)

Étape précédente

Jour 34 — Dimanche 17 Juin Aubusson-d'Auvergne (63)  →  Ambert (63)

Étape suivante